La Méditerranée orientale, la France et la Turquie

Par vendredi 14 août 2020 Permalink 1

Après qu’Emmanuel Macron ait accusé la Turquie de « violer » la souveraineté de la Grèce et de Chypre en Méditerranée orientale à cause de son envoi de plusieurs bâtiments de guerre accompagnant un bateau chargé de procéder à des recherches d’hydrocarbures, la France vient de dépêcher sur place un porte-hélicoptères officiellement en route pour aider le Liban, une frégate et  deux avions Rafale. La Grèce aussi surveille à l’aide de navires de guerre les activités turques dans la zone revendiquée par les deux pays.

La France a réintégré l’alliance Atlantique en 2009 avec Sarkozy. Les années Chirac avaient bien préparé le terrain. La Turquie est dans l’Otan depuis bien avant qu’elle ne soit dirigée par l’islamiste Erdogan. Mais depuis qu’il détient le pouvoir son activisme en mer Egée ou sa lutte contre les kurdes en Syrie empoisonnent l’Alliance Atlantique.

Hollande avait été le chevalier blanc de la Grèce pour son maintien dans l’€ avec l’évidente arrière pensée de sauver la France au sein de la monnaie unique. Macron se veut maintenant le chevalier blanc de la Grèce avec aussi une arrière pensée: contrecarrer l’intervention militaire turque en Libye contre le maréchal Haftar soutenu pas très clairement mais soutenu quand même par la France. Décidément dans la diplomatie française la Grèce est souvent un prétexte utile à nos dirigeants pour faire avancer leurs propres pions.

De son coté, l’armée américaine est « bien évidemment préoccupée par les incidents qui se produisent en Méditerranée orientale  (…), nous voudrions voir les tensions diminuer »« Nous voudrions donc que la France et la Turquie continuent de coopérer et qu’ils trouvent des solutions qui n’impliquent pas la nécessité d’avoir des navires de guerre ou des avions déployés dans un environnement moins que coopératif », a déclaré un porte parole du ministère de la défense.

La situation est tendue mais si avec Erdogan tout est possible, ce type est un tyran qui fait de son pays une théocratie, Macron nous la joue un peu “retenez moi où je fais un malheur”!

Sur un plan de politique intérieure, la séquence est néanmoins intéressante pour le président qui, dans son domaine réservé, régalien, gonfle ses biscoteaux, le fait savoir au monde et surtout aux électeurs français. Une fois dit cela, il semble évident qu’il est devenu impossible pour la France d’être en guerre contre un pays musulman sauf à risquer en plus une guerre civile sur son territoire…

Frédéric Le Quer

 

 

 

Laisser un commentaire ?