La guerre, la guerre, la guerre…

Par Jeudi 12 avril 2018 Permalink 6

Le premier étage de la fusée Guerre était doté du moteur “affaire Skripal” mettant les russes et plus spécialement Poutine directement en cause. A la fin de sa combustion, nous avions fait un pas vers un conflit planétaire. Les moteurs du deuxième étage de la fusée Guerre se sont allumés avec l’affaire des armes chimiques qu’utiliserait Bachar el Assad. C’est encore une manière de s’en prendre aux russes et spécifiquement à Poutine avec la Syrie interposée. A la fin de la combustion nous aurons encore fait un pas supplémentaire vers un conflit mondial. Un troisième étage de la fusée Guerre s’allumera bientôt, n’en doutons pas, et s’il fonctionne il sera déterminant dans la voie du conflit mondial réclamé par l’occident à cor et à cri.

Mais pour le moment nous sommes en plein dans la combustion des moteurs du deuxième étage. Les va-t-en- guerre donnent de la voix. Le gouvernement anglais et ses médias hystériques préparent l’opinion publique à en découdre. Emmanuel Macron relayé par le journal “Le Monde”, organe officiel de la pensée présidentielle, par BFM organe tout aussi officiel de cette pensée mais moins élitiste et presque tous les autres tentent avec obstination de démontrer le scandaleux usage d’armes chimiques par Bachar. Mais les images d’ONG partisanes en faveur des sunnites ne prouvent strictement rien. Même si beaucoup de journalistes le savent, ils font semblant d’y croire! Et les déclarations gouvernementales ont une odeur assez répugnante laissant penser à une opération de diversion par rapport aux nombreux conflits sociaux nationaux. La diplomatie américaine est quant à elle plus sibylline! Trump a été élu pour une politique axée sur les problèmes internes des Etats-Unis. Les mondialistes, démocrates et républicains, l’entraînent vers une énième guerre au moyen-orient. Il tweete avec impulsivité mais personne ne sait vraiment ce qu’il va faire. Peut-être que lui non plus… La logique électorale (les élections de mi-mandat arrivent) serait qu’il continue à tourner le dos à la bien pensance très belliqueuse et ne réagisse pas aux provocations de ceux qui veulent à tout prix en découdre, le peuple américain se souciant comme d’une guigne de la Syrie!

Le mandat de Donald Trump a débuté avec un réchauffement de bon aloi dans les relations Washington Moscou. Tout a été fait depuis pour saboter cette entente. Le monde est maintenant au bord du basculement. Le réchauffement climatique est de la gnognotte par rapport à la bombe atomique.

Frédéric Le Quer