La grenade lacrymogène instantanée GLI F4

Par lundi 11 février 2019 Permalink 1

La grenade lacrymogène instantanée GLI F4 (ou SAE 810) est une grenade lacrymogène, assourdissante à effet de souffle, contenant une charge explosive constituée de 25 grammes de TNT. La France est le seul pays européen à l’utiliser pour le maintien de l’ordre. Plus de 400 grenades GLI F4 contenant de la TNT, plus de 1000 grenades de désencerclement et probablement plus de 25000 grenades lacrymogènes (estimations en fonction des chiffres révélés à la troisième semaine du mouvement) ont été lancées contre les Gilets Jaunes. Elles sont à l’origine de plusieurs cas de blessures et mutilations. Beaucoup de gens qui n’avaient jamais manifesté auparavant, s’aperçoivent, éberlués, de la violence de l’état à leur encontre. Le ministère de l’intérieur a déployé des blindés de gendarmerie, des brigades à moto (interdites depuis 1984), des cavaliers à cheval, des brigades canines, des unités spéciales, les Détachements d’Action Rapide (DAR), constitués de brigades de la BAC, de la BRI et des BST, qui ont mené une véritable chasse à l’homme avec une violence sans précédent. 9228 balles de caoutchouc ont été tirées en deux mois. Le ministère de l’intérieur a commandé 180 lanceurs 6 coups, 270 lanceurs 4 coups et 1280 lanceurs monocoups supplémentaires. Nous revenons en France dans ces années de plomb que l’Europe a connu entre 1960 et 1980 marqués par le terrorisme. Mais de nos jours, incontestablement et dans l’étouffoir médiatique, c’est le gouvernement français qui, au lieu de protéger, terrorise sa propre population.

Un Gilet Jaune a eu la main arraché samedi parce qu’il osait s’approcher de trop prêt du parlement. La vie n’est déjà pas facile mais en plus, pour faire bonne mesure, le gouvernement en fait un handicapé physique. Un mutilé de plus. Une gueule cassée de plus. Les soi-disant représentants du peuple sont dans un bunker sacralisé et rejettent toute collusion avec les français. Un président d’assemblée nationale digne du job serait monté sur les marches du perron, face aux manifestants, et les aurait harangués d’une voix de stentor. Le nôtre, Richard Ferrand, à la place, pleurniche pour sa résidence secondaire un peu incendiée! Un couard doublé probablement d’un malhonnête! Notre classe politique n’est faite que de lâches planqués derrière des cordons de policiers à la manière dont se déplace le président Macron protégé par une garde invraisemblable que ne nous montre jamais les télévisions (voir les images sur mon compte facebook “Frédéric Le Quer”. Instructif!)

Les grenades lacrymogènes instantanées GLI F4 utilisées pour disperser des manifestants sont considérées comme «difficiles à contrôler» par les forces de l’ordre, elles-mêmes. Le Conseil d’État a aussi refusé d’interdire l’usage des lanceurs de balles de défense qui ont infligé des blessures graves à des manifestants. Ce jugement inique peut surement s’expliquer par les plans de carrière des membres de cette “justice” administrative! Les français subissent le joug du pouvoir en place bien organisé pour leur faire courber l’échine. Mais la révolution est en marche… “Macron, on va te chercher chez toi”!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?