La France Insoumise n’est pas antisémite

Par dimanche 29 août 2021 Permalink 1

Jean-Luc Mélenchon ne veut pas être confondu avec les antisémites d’extrême droite lors des manifs anti-pass a-t-il hurlé à l’université d’été de la France insoumise. Il faut le comprendre. Le risque est important. Bien que les antisémites d’extrême droite deviennent des curiosités guère plus répandues à cet endroit de l’échiquier politique qu’à droite, au centre ou à gauche, les antisémites d’extrême gauche sont en revanche en croissance exponentielle. Cette croissance va d’ailleurs de paire avec nos idéaux fraternels qui en implantant l’islam en France favorisent l’expansion de l’antisémitisme. La fraternité n’est pas actuellement la même pour tous. Emmanuel Macron veut d’ailleurs continuer à favoriser l’islam plutôt que les juifs français puisque, avec les britanniques (pour eux ça peut se comprendre vu que l’Afghanistan est une de leur ancienne colonie) il vient de décider de continuer à accueillir des réfugiés afghans. Qu’il ne s’inquiète pas avec 5 à 6 mouflets par afghanes, le puits est sans fond!

Pour en revenir à Mélenchon, si le risque pour lui de passer pour un antisémite est grand, c’est qu’il est plus prompt à prendre la défense d’une racaille de banlieue que d’une honnête personne de culture juive victime lors d’un fait divers. Sa culture woke doit vouloir cela. Aussi, prenant les devants, accuse-t-il tous les défilés du samedi contre le passe sanitaire d’être antisémites sauf celui qu’il organise. “Père, gardez-vous à droite! Père, gardez-vous à gauche!”… Et il se fâche pour faire plus vrai. Il faut l’entendre crier “au loup!”.  Ses accents de Tartufe outragé nous feraient oublier qu’il avait accusé le grand rabbin d’Angleterre d’avoir fait perdre son camarade Corbyn à l’entourage négationniste ou encore ses déclarations sur “Jésus crucifié par ses compatriotes” ou ses amitiés avec les indigénistes qui ne se protègent même plus avec l’antisionisme pour être franchement antisémites.

Il faut ici rassurer Mélenchon. Les gilets jaunes canal historique qu’on retrouve le samedi contre le pass sanitaire, entre autres, ne veulent pas de Mélenchon. Les cortèges organisés par Dupont Aignan ne veulent pas être confondus avec Mélenchon. Ceux de Florian Philippot non plus.

Bref Mélenchon ne doit pas s’inquiéter. Mais en vrai, il ne s’inquiète pas, il fait semblant. Il joue. Il ne prend pas au sérieux le drame français. Il s’en sert pour son ambition. Ses relents antisémites ne s’effaceront pas avant la présidentielle par ces cris d’orfraies risibles. Mais ils les poussent par opportunisme.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?