La dissidente Marine Le Pen

Par vendredi 21 septembre 2018 Permalink 3

Si les dissidents politiques en URSS étaient internés en hôpital psychiatrique, il semblait impossible de voir en occident un opposant sain d’esprit risqué de se voir taxé de schizophrène. La justice française ose néanmoins imposer à Marine Le Pen une expertise psychiatrique parce qu’elle a publié sur Twitter des photos reflétant la stricte vérité sur l’attentat du Bataclan. Depuis son débat raté contre Macron où elle avait déçu de nombreux français, l’envie de se mobiliser en sa faveur était quasiment nulle, mais la confusion actuelle régnant entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire que certains tentent de justifier au mépris des bases de la démocratie, pousse à se montrer choqué devant une telle procédure. L’Italien Salvini, l’américain Bannon, les français Dupont-Aignan et Mélenchon se montrent aussi abasourdis devant l’attitude d’un petit juge qui aurait surement fait une belle carrière dans les couloirs du KGB mais dont les décisions sont aberrantes.

Cependant la folie devient un thème récurrent dans la vie publique française. Tous les attentats au couteau qui se multiplient partout mais dont personne ne parle, (mardi soir, encore, un réfugié tunisien poignarde 2 personnes en plein cinéma à Rennes) sont toujours considérés comme des actes de déséquilibrés comme si il était plus rassurant d’envisager tous ces musulmans qui crient Allahu akbar en perpétrant leurs méfaits comme des cinglés que comme des militants engagés de la cause islamiste. Par ailleurs, on a vu récemment aussi Jean Michel Apathie, journaliste bien pensant s’il en est, qui sera toujours grassement payé par la ploutocratie pour diffuser sa désinformation, parler de la “folie” d’Eric Zemmour, parce que celui-ci à une idée de la France qu’il n’a pas. Et maintenant, donc, voilà l’histoire de l’expertise psychiatrique imposée à Marine Le Pen!

Les tenants du néolibéralisme qui soumet le sort des états à celui des multinationales en paralysant la démocratie, sont si aveuglés par leur doctrine qu’il ne conçoivent pas qu’elle puisse être contestée. Tous ceux qui sont contre eux, des théocrates aux souverainistes, le spectre est très large, deviennent des non-conformistes dont la bonne santé psychique est remise en cause. La psychiatrie est alors utilisée à des fins répressives pour un jour prochain et de moins en moins lointain, rééduquer les opposants politiques. Mais jusqu’où ira le régime Macron?

Frédéric Le Quer