La dictature des minorités

Par dimanche 5 août 2018 Permalink 1

Alors que le suffrage universel n’est accepté que lorsqu’il corrobore les aspirations des ploutocrates, à l’exception extraordinaire pour le moment du Brexit, la dictature des minorités devient le régime auquel tout à chacun doit se soumettre sous peine d’être rejeté au ban de la société.

J’entendais, par exemple, à la radio, ce matin, les gens du voyage qui réclament que la collectivité leur installe l’eau courante là où ils s’arrêtent. Pourquoi pas, puisque dorénavant toutes les minorités revendiquent quelque chose et l’anathème est jeté sur ceux, majoritaires, qui ne leur donneraient pas raison! Les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres changent d’état civil à volonté, utilisent la chirurgie à leur convenance, se marient, ont des enfants par l’opération, non pas du Saint Esprit, mais par celle de nos politiciens. On a vu comme ont été traités ceux qui souhaitaient conserver une certaine idée du mariage… Les droits des immigrés légaux sont aussi particulièrement déconcertants tant ils défient le sens commun en bénéficiant non seulement des mêmes droits qu’un français mais d’avantages comme le logement ou une rente mensuelle, dont les autochtones sont bien loin de disposer. Et, dans la pratique, les délinquants issus de la diversité ne sont plus guère contraints d’exécuter leurs peines ou de payer leurs amendes. Quel huissier de justice ose encore entrer dans les quartiers d’immigration?

Qu’est-ce qu’un peuple sans distinction d’origine, de race ou de religion? Ce n’est juste pas un peuple! Un tel pays n’est plus qu’une juxtaposition de populations dont le but ultime est d’échapper un jour à l’idée de pays, de nation délimitée. La dictature des minorités, déficit démocratique de fait, amène à une post démocratie en déniant à la majorité le droit de choisir son destin. La minorité est merveilleuse et culpabilise la majorité. L’état en arrive maintenant à mettre au piloris, comme le fait la ministre de la culture, “le mâle blanc”!

Avec la dictature des minorités, la destruction de nos sociétés est principalement le but recherché. L’important pour les organisations supranationales comme l’Union Européenne est de pousser les états à détricoter le concept d’unicité d’un peuple en en faisant un patchwork d’intérêts divers et variés. Gare à la majorité qui veut revendiquer quelques droits! Le mot populiste est immédiatement entonné…

Frédéric Le Quer