La deuxième vague de covid-19

Par mardi 18 août 2020 Permalink 1

Il semble que si vous croyez en une deuxième vague de covid-19, il ne serait pas mauvais d’avoir de l’or. En effet bien que le métal jaune a été massacré la semaine dernière, il a vite fait de reprendre des couleurs et revient plus très loin des 55 mille euros le kilo. Les banques qui n’aiment pas l’or surtout le physique, ne parviennent pas à le faire baisser à cause de la menace épidémiologique contre laquelle veulent se garantir les investisseurs et qui semble devoir se concrétiser aux vues des graphiques. Par ailleurs, l’or est coté en dollar et le dollar a bien baissé par rapport à l’euro. Sans doute remontera-t-il après les élections américaines qui lèveront quoiqu’il arrive les incertitudes politiques ce qui mathématiquement fera remonter l’or en euro. Bref, les 60 mille euros le kilo ne sont plus très loin… Et si on y arrive cela signifiera que tout va mal et là, tous les espoirs, si je puis dire, seront permis.

D’ailleurs, quand on écoute Macron, on sent que la situation est tendue. Hier par exemple, à Borne les Mimosas, à part son couplet sur l’héroïsme africain au cours de la Libération qui sonnait comme une justification de sa honteuse politique migratoire (il vient encore d’accepter contre toute précaution sanitaire de faire entrer des algériens simplement parce ils se disent amoureux de quelqu’un vivant en France… N’importe quoi, de pire en pire!), bref, hier donc pendant son discours, il a ciblé particulièrement les jeunes en leur spécifiant qu’ils avaient aussi des devoirs… Ce n’était vraiment pas très clair, mais on pouvait penser qu’il visait leur comportement vis à vis des gestes barrière vu qu’il serait pisser dans un violon que de s’adresser aux jeunes délinquants d’origine étrangère qui sont à cent mille lieues d’écouter un président de la république dont ils se foutent pas mal. Donc le devoir primordial d’un jeune actuellement qui a tant de droits par ailleurs d’après Emmanuel Macron est d’éviter de se regrouper avec d’autres jeunes pour ne pas faire circuler le virus.

Quand on sait le gout de nos politiciens à nous parler de “fête”, à nous dire de “faire la fête”, à organiser eux-mêmes des divertissements, comme une manière d’inciter le peuple à s’enivrer pour qu’il ne pense pas trop à la nullité de ses dirigeants, Hidalgo à Paris en est une spécialiste mais Macron est exactement dans la même veine, quand l’action politique de ces gens ne consiste plus qu’à organiser des distractions comme pour cacher leur absence d’impact sur un registre plus ambitieux où les quelques électeurs restant les attendent, un pareil renversement de doctrine montre bien l’inquiétude dans laquelle est plongé le président de la république.

De moins en moins sûr que les écoles rouvrent. De moins en moins sûr que le travail reprennent. De plus en plus probable que le pays s’enlise dans la crise ou plutôt toutes les crises imaginables au risque de voir une bonne partie de la population s’assimiler à celle des pays sous-développés oscillant entre illettrisme et revenus à peine suffisants pour survivre. Sera-ce un choc terrible mais nécessaire pour que la France redevienne la France? Nul ne le sait mais, dans ces conditions, la situation sociale va vite devenir explosive.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?