La dernière petite phrase de Macron

Par vendredi 22 février 2019 Permalink 1

– «On est dans un drôle de système ! Chaque jour dans le pays, on dit “corps intermédiaires, démocratie territoriale, démocratie sociale, laissez-nous faire”. Et quand on donne la main, on dit “mon bon monsieur, c’est dur reprenez-la!”. La dernière petite phrase de notre Macron nationale exaspère aussi bien les syndicats que le patronat.
-“Les convergences idéologiques” trouvées par Marlène Schiappa qui cherche à faire aussi fort que son boss et y arrive, entre les militants de la manif pour tous et les terroristes islamistes énervent tant les catholiques que la secrétaire d’état a dû s’excuser.

Nos gouvernants sont-ils devenus fous? Emmanuel Macron allume le feu dès qu’il ouvre la bouche avec une petite phrase au minimum abrupte et ses seconds se mettent au diapason. Quelle curieuse façon de mener le pays! Chacun peut penser ce qu’il veut du fond des propos d’Emmanuel Macron, à la limite, il n’a pas tort, les propos de Schiappa, eux, étant purement scandaleux, mais chacun peut voir que le timing est incroyable. Alors que l’affaire des Gilets Jaunes est très loin d’être finie, ceux qui accusent ce mouvement d’antisémitisme pour mieux l’éteindre, sont juste malhonnêtes, notre chef d’état se délecte en ridiculisant les corps intermédiaires et la négociation sociale. De deux choses l’une: soit il sait qu’il peut les rabrouer autant qu’il veut car ils seront toujours derrière lui en cas d’insurrection populaire pour tenter de faire rentrer chez elle la population, genre Maurice Thorez “il faut savoir terminer une grève”, soit il s’en fout, il joue son va-tout en se disant que perdu pour perdu autant en profiter, se lâcher, exciter, engueuler, maltraiter, punir tant qu’on a la main.

La France vit un drôle de moment. Ses dirigeants sont sur le fil du rasoir et ça se voit. Les médias ont beau tout faire pour que le pays est l’air “normal”, la vérité est que tout craque de partout. Socialement, les gens ressentant de plus en plus leur situation instable sont à bout. Sociétalement, le clivage et l’animosité entre les communautés ne cessent de grandir. Économiquement, la politique suivie par le gouvernement n’apporte aucune amélioration et seule celle de Mario Draghi permet encore à notre gouvernement de faire illusion. Institutionnellement, la fronde gronde non seulement dans les corps intermédiaires mais aussi chez les élus du peuple avec, par exemple, le sénat cette semaine.

D’une politique de changement, Emmanuel Macron est-il en train de passer à la politique de la terre brûlée? Rien que de poser la question dénote à quel point l’homme devient incontrôlable. On peut toujours compter sur lui pour alimenter la polémique, mais plus personne ne peut sérieusement penser qu’il sera encore au pouvoir dans 3 ans.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?