La démocratie

Par mercredi 4 septembre 2019 Permalink 1

Partout en Europe, la démocratie représente un risque énorme pour l’establishment qui ressemble à s’y méprendre à la nomenklatura des anciens blocs de l’est. Le gouvernement “du peuple par le peuple pour le peuple” (Linclon) apparait comme une fiction. Partout dans l’UE, les élections deviennent la menace qu’on agite pour faire peur et rentrer dans le rang les élus effrayés par l’idée de retrouver leurs électeurs sans avoir terminé un mandat dont le renouvellement est improbable. Laissez-moi me gaver encore un peu monsieur le bourreau!!! Les populistes qui ne sont autres que ceux dont le programme est en harmonie avec la volonté des citoyens, mettent à bas la perpétuation des oligarques gavés de privilèges. Plus ces derniers sont soutenus par les médias, plus leur image se dégrade dans l’opinion publique. L’électeur informé autrement par les réseaux sociaux ne croit plus à rien et surtout pas à l’étrange lucarne. Qu’elle se démène pourtant pour chanter les louanges d’un Macron, les bienfaits d’un Brexit avec accord ou sa félicité de voir Salvini mis à l’écart! Comme elle s’acharne contre AfD qui ne cesse de progresser en Allemagne. Et comme tous ceux de Dupont Aignan à Marine Le Pen sont voués systématiquement à être qualifiés d’extrême droite pour mieux souligner leur disgrâce. Ils s’en donnent du mal nos médias pour maintenir en l’état notre ploutocratie. Et pourtant les casseroles de nos politiciens resonnent dans un bruit assourdissant que les journalistes font mine de ne pas entendre. Les populations veulent renverser la table et partout les soutiens des régimes en place les en dissuadent et même le leur empêchent. La démocratie retrouve alors ses limites naturelles fixées par la ploutocratie. La volonté du peuple s’arrête là où l’intérêt des puissants commencent. Indéniablement on en est là. Les citoyens doivent rentrer dans le rang. Le système l’exige.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?