La culture: horreur, malheur!

Par mercredi 24 novembre 2021 Permalink 1

La culture était au centre d’un assez peu réjouissant débat ce matin sur France Culture où les nouvelles révolutions culturelles (titre de l’émission) ne cachaient pas la misère. Un invité de marque ancien directeur de la National Gallery et du British Museum, Neil Mac Gregor, et le sociologue Philippe Coulangeon, exposaient leurs idées sur la situation actuelle. Je ne crois pas que le nom de la ministre de la culture Roselyne Bachelot ait été cité rien qu’une fois! Elle ne le mérite d’ailleurs pas.

Evidemment les institutions se félicitent d’une consommation de plus en plus importante de culture. Seulement celle-ci est prise dans un sens inclusif, i. e. n’importe quel spectacle avec une artiste poussant la chansonnette d’un filet de voix approximatif ou un rappeur éructant des insanités sur la république française est considéré comme de la culture… Comme d’habitude cette démagogie n’a d’utilité que pour enjoliver des chiffres. En profondeur, concernant l’ouverture d’esprit du plus grand nombre au beau, à l’élévation de l’âme, c’est la Bérézina.

L’invité britannique a mis en avant la politique de gratuité des musées existant en Angleterre. Comme on les envie ces anglais! Evidemment ce serait formidable d’entrer au Louvre pour 10 mn et se remémorer un détail d’une oeuvre dont on n’était plus tout à fait sûr! Les londoniens n’hésitent pas à venir quelques instants dans un de leurs musées ce qui doit forcément ensoleiller le reste de leur journée comme tout chef d’oeuvre éclaire et rend heureux celui qui le regarde et le comprend. Mais l’entrée du Louvre est chère, la journée mensuelle gratuite qui pouvait inciter un visiteur à devenir “Ami du Louvre” a été supprimée par le triste sire qu’était Martinez et que Macron, avec pertinence, n’a pas reconduit dans ses fonctions. Mais, d’ailleurs, acheter tous les ans la carte des amis du Louvre pour ensuite se heurter à des salles fermées qui découragent les bonnes volontés comme la mienne, est un petit investissement que tout le monde ne peut s’offrir. A contrario merci à la mairie de Paris de rendre l’accès à ses collections permanentes gratuit! La connaissance des musées par l’outil numérique a en revanche explosé. Gratuité et covid sont ses deux mamelles Il permet de montrer avec précision et décrire avec érudution. ça ne remplacera cependant jamais le contact direct avec l’objet d’art qu’une belle démocratie se devrait d’offrir à ses citoyens.

Autre sujet d’inquiétude avec la moyenne d’âge des gens fréquentant les spectacles de musique classique! Il laisse présager que quand ils seront morts la relève sera bien difficile à trouver. Un secteur en voie de disparition, semble-t-il, sauf à engager rapidement une politique ciblée dans ce domaine!

Les différences sociales sont de moins en moins grandes concernant l’accès aux livres. Ne vous réjouissez pas trop vite néanmoins! Il apparaît que quelque soit le milieu social, les gens lisent de moins en moins ce qui ipso facto gomme les inégalités entre les classes!

L’école sera-t-elle alors l’avenir de la culture? Elle le devrait mais il semble qu’avec des élèves de plus en plus nombreux à avoir des difficultés scolaires, y aborder l’histoire de l’art est devenu de la science fiction!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?