La chloroquine interdite par les élites

Par mercredi 27 mai 2020 Permalink 1

C’est fait pour la chloroquine, nos élites ont eu sa peau! Cela pourra servir d’explication lors des prochains procès parce que des procès nos dirigeants devraient normalement en avoir plus d’un. Certes ils viennent d’organiser leur immunité avec les parlementaires mais ce ne peut être rétroactif et tous les morts de l’Île de France à l’Alsace en passant par le Nord vont devoir trouver une explication. Dès maintenant nos dirigeants ébauchent leur story, comme on dit dans Face Book: il n’y avait pas d’alternative à la démarche suivie dans une large partie nord-est de la France, la partie la plus touchée par le covid-19, car la chloroquine ne sert à rien et est dangereuse.

Dans l’affaire de la crise du coronavirus, Raoult est devenu l’épine dans le pied du pouvoir qui en est réduit à sortir ses chiens de garde télévisuels, après Apolline de Malherbes, David Pujadas. Reconnaissons qu’à ce jeu le second a été plus subtil que la première dans sa façon de mener l’interview mais c’est ensuite que tout le sel propagandiste ressortait avec un faux débat où 4 invités qui avaient le mot de la fin s’en prenaient à Raoult sans qu’il puisse répliquer quoique ce soit! Enfin, on a l’habitude à la télévision. En tout cas l’hécatombe qu’a connu une partie de l’hexagone est grandement imputable au pouvoir, Raoult fait plus que le sous-entendre quand il fustige de fausses élites. C’est d’ailleurs très intéressant sémantiquement puisque tout à chacun va pouvoir à nouveau réutiliser le mot “élite” tant galvaudé. Jusqu’à maintenant il y avait un ridicule à parler des élites françaises confondues avec le maelstrom politico-médiatique bien pensant. Elite au singulier signifiait un peu ripou qui a une grande gueule! Elites au pluriel signifiait ripous qui se tiennent les coudes pour faire accepter au peuple tous les avantages qu’ils ont mais que le peuple n’a pas. Aujourd’hui avec des pointures comme Raoult, le mot élite reprend son sens.

Quoiqu’il en soit en ce qui concerne la chloroquine, il n’y pas de quoi s’inquiéter. Le coronavirus a désormais disparu, je ne dis pas qu’il n’est pas tapi dans l’ombre pour réapparaître à l’automne, mais là, fin du printemps, comme l’avait encore dit Raoult depuis le début, les nouveaux patients atteints de covid sont extrêmement rares. Espérons que le pouvoir va enfin déconfiner réellement.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?