La campagne officielle pour les européennes

Par mercredi 8 mai 2019 Permalink 3

La campagne officielle pour les élections européennes du 26 mai a débuté. Emmanuel Macron l’a commencée depuis longtemps avec son histoire de grand débat monopolisant comme jamais avant lui, oui comme jamais, même avec Alain Peyrefitte, dans les années 60, l’opposition était soutenue par certains journaux, comme jamais donc, tous les médias à sa solde. Dès qu’on allume le petit écran, l’image d’Emmanuel Macron surgit. Il est là tout le temps. Avec son air faux-jeton. Son air de se moquer du monde, des citoyens, des français. C’est ce qu’il fait. Encore là, aux dernières nouvelles, son premier ministre promet une hausse du pouvoir d’achat en 2020 de… 2%!!! Roulement de tambour. A comparer au montant cumulé des 500 plus grandes fortunes de France qui a été multiplié par deux en dix ans… Dire qu’on vient après nous expliquer que les efforts gouvernementaux dans le domaine sont formidables! Et puis il y a aussi cette question du “grand remplacement”, le terme est désormais dans le langage commun. C’est un fait incontestable que la population française change catégoriquement, inéluctablement. Allez à la poste ou dans un supermarché d’une grande ville et vous verrez. Pourquoi? A quoi ça sert? A qui ça profite. Contre qui est-ce manigancé? Des réponses, ici, on en donne, mais jamais les questions ne sont sérieusement étudiées dans les grands médias, dans les débats politiques. Pour toute explication, les faits sont niés! De vraies bonnes questions pourtant. Mais non. Le néant. Circulez, ya rien à voir!

En revanche, le problème du désamour entre la classe politique et les citoyens est traité comme si c’était la faute de français fantasques, immatures, “réfractaires”. Encore une manipulation des esprits. Le jour où le personnel politique pourra dire, aura le droit de dire des vérités, les français écouteront, entendront, aimeront qu’on ne les prennent plus pour des idiots. Quelqu’un comme Florian Philippot pouvait être dans cette exigence, mais déjà il est attaqué de toute part et probablement rentrera dans le rang s’il veut un avenir en politique. C’est dans la rue que tout est jouable et nulle part ailleurs.

Alors la campagne officielle pour les élections européennes n’est qu’une course à la sinécure. Le véritable citoyen sera-t-il celui qui ira voter ou celui qui refusera cette mascarade courue d’avance? Si Macron gagne, on ostracisera un peu plus les gilets jaunes. Si Macron perd on comparera le score de son parti avec celui d’un autre président pour relativiser la défaite et tout recommencera comma avant. Oui, je sais, vous vous dites que je ne parle pas de l’UE… A quoi bon? Les européens n’y représentent qu’un immense artéfact.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?