Kinson, François Joseph ( 1770-1839)

Par dimanche 3 janvier 2021 Permalink 1

François Joseph Kinson est né et est mort à Bruges mais sa carrière artistique est principalement conduite en France sous l’Empire et la Restauration. Né Kinsoen, fils d’un ferronnier de Bruges, il francise son nom en Kinson. Si ses études se déroulent à l’Académie de sa ville natale sous l’égide de Bernard Fricx et l’ornemaniste Louis Frederik De Grave, puis à Bruxelles, sa réputation de portraitiste s’établit définitivement à son arrivée à Paris. Exposant au Salon en 1799, sa technique picturale excellente fleure l’académisme. Bien léchés, ses tableaux ont quelque chose d’un peu suranné même si le musée de Versailles possède plusieurs de ses portraits dont une copie de celui de Bernadotte en maréchal de France, l’original ayant été détruit. Peintre de cour, Kinson montre un empire apaisé et ses portraits de femme sont les plus recherchés.

Reconnaissons que ce flamand naturalisé français est passé un peu dans l’oubli alors que de son vivant il était très prisé des milieux aristocratiques. Citons néanmoins trois résultats dans différentes ventes aux enchères! D’abord en une, le portrait de Céline Chagot, marquise Amelot de Chaillou et ses enfants, Antoine, Anna et Marie fit à Fontainebleau chez Osenat ovv le 7 avril 2019, 57 500 €. Ci-dessous chez Artcurial, le 13 juin 2017, le portrait de la duchesse de Berry  signé Kinson mais aussi attribué à l’atelier du peintre, huile sur toile d’origine (i. e. une deuxième toile n’a pas été marouflée sur sous l’originale trop abîmée pour ne pas être renforcée), 65 x 55 cm, récolta 4940 €.

Dernier exemple avec un portrait d’homme, celui d’Antoine de Béziade, duc d’Avaray en habit de pair de France portant l’ordre de Saint Louis, la légion d’honneur et les insignes de l’ordre du Saint Esprit, 66 x 55 cm qui fut acquis par l’ambassade des Pays Bas chez Osenat à Fontainebleau en juillet 2019 contre la somme de 5100 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?