Jules Auguste Habert-Dys (1850-1928)

Par samedi 6 juin 2020 Permalink 1

Il arrive parfois que certains artistes méconnus du grand public voient leurs œuvres s’échanger à prix fous entre initiés. Jules Auguste Habert-Dys est de ceux-là.

Né à Fresne, Habert-Dys étudue la céramique à Blois puis installé à Paris en 1873, affine son goût artistique dans l’atelier du peintre et sculpteur Jean Léon Gérôme. L’artiste protéiforme devient dessinateur, peintre, graveur, illustrateur, écrivain d’art, verrier et céramiste. Ses sources d’inspirations sont comme à chaque fois avec l’art nouveau, la nature, la faune, la flore. En 1876 il expose au salon des artistes français deux panneaux de faïence. Il travaille chez Charles Haviland et Félix Bracquemond inspiré par le japonisme dans l’atelier d’Auteuil rue Michel-Ange. Entre 1881 et 1887, Jules Auguste Habert-Dys exécute 500 dessins pour la revue “L’art” qui inspireront des créateurs partout en Europe. En 1886, il écrit “Fantaisies décoratives”. Compte tenu de ses multiples talents, logiquement il se frotte ensuite à la création d’objets d’art de plus en plus sophistiqués, toujours, de nos jours, très recherchés.

Le splendide et précieux (argent émail ébène) cabinet en une et ci-dessus, daté de 1902, 43 x 59 x 35 cm, fut adjugé chez Christie’s à New York le 28 avril 2017, 271 500 $. Ci-dessous, le vase en bronze patiné, doré et argenté, émail, agate, argent massif, signé de 1905, hauteur 43 cm s’échangea à Rennes le 22 juin 2015, contre 237 160 €. Les deux œuvres ont le poinçon d’orfèvre de Fernand Poisson.

Redescendons sur terre avec quelque chose de plus modeste, un vase en terre cuite peinte (h 31 cm, d 32 cm) de chez Haviland & Cie, atelier d’Auteuil, de Jules HABERT dit Habert-Dys, précise le catalogue, à décor de roses, 1876-1881, chiffré du monogramme de l’artiste qui trouva preneur chez Crait et Muller à Drouot, le 11 décembre 2017, pour environ 1000 €.
Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?