Jeunesse névrosée

Par mercredi 10 mars 2021 Permalink 1

L’ensauvagement de la jeunesse vivant en France est un fait acquis. Qu’elle erre en meute ou tel un loup solitaire, à partir de treize ans, elle représente un danger pour elle-même et pour autrui. Partout, l’actualité du fait divers est alimentée par ces ados qui n’ont aucune limite agissant comme des pervers narcissiques, se survalorisant au dépens de quelqu’un de leur âge, au dépens de l’autorité (police enseignant parent), au dépens de n’importe qui croisé dans la rue dont la tête ne revient pas. Sans la moindre capacité d’empathie, les jeunes blessent aussi bien moralement que physiquement leur prochain ignorant des conséquences. L’instinct pour faire le mal est le plus fort.

De l’absence d’instruction naît la médiocrité d’une nation. Tous les pays sans système éducatif sont à la remorque de ceux qui en ont un. Si de l’Afrique au moyen orient, ils sont restés depuis la décolonisation en aussi mauvaise situation, c’est à cause de l’absence d’instruction parentale et publique. Leur population migrante diffuse maintenant en occident une mentalité de résignation intellectuelle. Il est tellement plus facile de régresser qu’il n’est pas étonnant de voir la Franc envahie d’étrangers se retrouver avec des résultats scolaires généraux défaillants. Le goût du savoir disparaît. La brutalité prend irrémédiablement le dessus.

Le pouvoir refusant de voir la mauvaise direction qu’il a fait prendre au pays en forçant sa population à se diluer dans celle du monde entier, met sur le dos du trafic de drogue, sur le dos de la crise épidémiologique, sur le dos des écrans, comme on dit maintenant, sur le dos de la paupérisation, la violence des jeunes. Mais au départ ce n’est qu’une démission éducative de la part des parents  qui ne veulent pas que leurs enfants les dépassent et de l’éducation nationale qui a fait du slogan “pas de vague” l’alpha et l’oméga de ses objectifs pédagogiques. Avec un état ne pouvant plus intégrer, n’étant pas capable de faire évoluer les habitudes familiales, les mœurs déplorables de pays toujours déclassés se retrouvent chez nous.

Le problème de l’immigration est au centre de tout. En dépérissant et en s’ensauvageant, la France laisse la place à l’intégrisme religieux, en particulier musulman, qui abrutit les masses et accentue ainsi les inégalités. Du contexte actuel, ne peut advenir qu’un avenir morose.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?