Jean Cortot (1925-2018)

Par samedi 20 mars 2021 Permalink 1

Jean Cortot, peintre et membre de l’académie des beaux arts, a connu sa vie durant les honneurs officiels. Qu’il soit le fils d’Alfred Cortot, pianiste fondateur de l’école normale de musique de Paris a surement aidé. Sa carrière artistique n’en reste pas moins intéressante. Artiste de Montparnasse, il participe au groupe de l’échelle dans les années 40-50 ainsi nommé car de l’atelier les peintres prenaient une échelle pour monter sur le toit et observer Paris.  D’une veine figurative, petit à petit il se dirige vers l’abstraction y mêlant l’art de la calligraphie, ajoutant aussi dans ses toiles des poèmes. Jean-Michel Ribes en parle ainsi en 1991:” La réalité naquit un jour de l’imagination. C’est ce vrai monde inventé que Jean Cortot peint. C’est le seul qu’il aime parce qu’il donne vie à l’esprit. Il le fait sien et le compose à nouveau. Créateur, le poète est créé à son tour par le peintre. C’est ainsi que le monde naît du monde. Émouvante, l’oeuvre de Jean Cortot nous le dit.”

Les résultats de Jean Cortot dans le monde des ventes aux enchères ne sont pas toujours aussi dithyrambiques. Sautons les œuvres figuratives guère prisées et intéressons nous à sa période calligrapho-abstraite, si je puis dire. Le tableau en une titré “Mouziz à Missolon 9 h i”, une technique mixte sur toile signée et datée 1991 sur le châssis, 195 x 130 cm, présentée le 18 mars 2021 par la maison Fraysse à Drouot, vacation toujours un peu ollé-ollé et drôle grâce aux saillis du commissaire priseur s’adressant à son crieur ou à sa comptable, tous les deux très sages, fit plus de 6000 €. Résultat inattendu au vu par exemple de l’huile sur toile ci-dessous de 1977, présentée chez Millon ovv sur la base d’une estimation basse à 4000 €, 147 x 97 cm, qui ne trouva pas preneur.

Citons pour finir un résultat chez Pierre Bergé ovv, Lahore la Mogole, 1994, peinture sur papier signée au dos, 77  x 54 cm qui fit autour de 1300 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?