“J’accuse” de Roman Polanski

Par dimanche 17 novembre 2019 Permalink 1

J’ai voté hier avec mon porte-monnaie en allant voir le film de Polanski, “J’accuse”. 14,50 € pour admirer une oeuvre de plus du génial réalisateur. Et zut à sa dernière accusatrice en date abusée d’après ses dires il y a 44 ans! 44 ans et un certain milieu qu’on pourrait curieusement calqué sur celui des mondialistes ultralibéraux et macronistes, faisant fi du droit, se sentant au-dessus du droit, verse des larmes de crocodile pour soutenir une femme qui soudain retrouve la mémoire. Toutes ces salades sont folles comme le monde dans lequel on vit et sont bien loin de défendre un tant soit peu la vraie maltraitance féminine, celle qui tue parfois. Elles la ridiculisent et c’est honteux.

Alors, le film? Picquart, l’officier de l’armée française qui défend l’honneur de Dreyfus, est le véritable personnage central. L’antisémitisme de la bourgeoisie de l’époque est stipendié. L’époque, la belle époque, est décrite par petites touches comme celle d’un déjeuner sur l’herbe, celle d’un baron Charlus tripotant son amant dans la cour d’un hôtel particulier de VIIe arrondissement de Paris, celle d’une soirée chez Mme de Guermantes ou chez les Verdurin. Les acteurs sont tous formidables (une mention spéciale pour Emmanuelle Seigner). Personnellement je trouve Jean Dujardin un peu trop… libidineux pour jouer un homme de principe, un homme de devoir mais il s’en sort bien et il ressemble physiquement beaucoup à l’original, le colonel Picquart qui deviendra général et ministre.

Evidemment c’est un film d’histoire, un grand film tout court et comment aurait-il pu en être autrement de la part du réalisateur du bal des vampires, de Rose Mary’s baby (ah! Rose Mary’s baby!), du pianiste, de Tess, etc, etc… C’est peut-être plus que ça encore. Le film sonne parfois comme un avertissement au présent, comme le péril à venir de l’islamisation du pays quand Picquart, le juste, décide le départ du concierge Bachir… Subtil engagement politique de Polanski?

Allez voir ce film! Il rend intelligent comme tout ce qui est beau.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?