Italie: La Ligue out – RU: Johnson au top.

Par jeudi 29 août 2019 Permalink 2

Les médias français sont relativement discrets concernant l’échec de Matteo Salvini qui voit son coup de poker se traduire par sa mise à l’écart du futur gouvernement italien. L’homme pourtant roué n’a pas su évaluer à sa juste mesure l’influence de Bruxelles sur les leaders de la nouvelle coalition les poussant à s’allier et le poids des intérêts personnels des parlementaires prêts à toutes les compromissions pour garder leur sinécure. Il en résulte un mariage scandaleux entre deux partis qui n’ont en commun que leur volonté de ne surtout pas relaisser la parole au peuple qui les blackboulerait. Nos organes d’influence soulagés sans avoir de quoi être fiers préfèrent donc relativement éviter ce sujet de politique étrangère qui risque d’ailleurs d’évoluer dans l’avenir. Si les nationalistes de La Ligue ne sont plus aux manettes leur retour n’est que partie remise. Même si l’Union Européenne n’a jamais craint de soutenir un gouvernement minoritaire dans l’opinion dès le moment qu’il est pro-européen, l’organisation supranationale a une manière de traiter avec désinvolture la démocratie qui finit par laisser des traces dans la mémoire collective. Un large mouvement citoyen comme celui des Gilets Jaunes n’est pas à exclure en Italie, Salvini rassemblant déjà ses troupes pour une contestation dans le rue à la mi-octobre.

Inversement proportionnel, pour se scandaliser d’un homme qui outre-Manche ne fait qu’appliquer un référendum confirmé d’ailleurs par les élections européennes en mettant clairement en pratique le Brexit, les mots ne sont pas assez durs. Si coté transalpin, les tenants de l’UE ont le triomphe d’autant plus modeste qu’il ne durera pas, coté britannique, ils sont, en perdant, de plus en plus mauvais joueurs. Voilà bientôt 3 ans que la discussion est en cours pour un brexit avec accord et sous prétexte que Boris Johnson l’empêche quelques semaines, il devient un ignoble anti-parlementariste. Et là, nos médias se font allègrement le relais des européistes anglais et écossais pour critiquer le premier ministre. Quelle outrecuidance!

Il est intéressant de voir comme l’oligarchie française bien plus qu’en Allemagne, beaucoup plus sure d’elle-même, a peur de voir un pays quitter l’UE. Elle en croque tellement pendant que le peuple en bave qu’elle sait qu’il suffirait de pas grand chose pour qu’il comprenne enfin et fasse tout voler en éclat. Et elle a tant à perdre… Voire par exemple les dividendes des entreprises françaises qui sont les plus élevés au monde!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?