Ismael de la Serna

Par samedi 30 novembre 2019 Permalink 1

Picasso se serait écrié en découvrant les œuvres d’Ismael de la Serna: “Enfin un vrai peintre! Aussi grand que Juan Gris”. Bel adoubement pour cet ami d’enfance de l’écrivain Gabriel Garcia Lorca. Dès les années 20, Paul Guillaume, le marchand d’art de Modigliani, Matisse ou Picasso organise à Paris une exposition de 50 de ses tableaux. La capitale française marque véritablement Ismael de La Serna avec une consécration au musée du Jeu de Paume en 36 et grâce aussi à sa participation au pavillon espagnol à l’Exposition internationale de Paris en 1937. L’artiste est reconnu internationalement pour son travail cubiste, surréaliste et abstrait.

Mais hier ce qui a intéressé la salle 6 de l’hôtel Drouot lors d’une vente organisée par Drouot Estimation, est une oeuvre de jeunesse. La scène de genre très figurative en une. Trois enchérisseurs au téléphone se sont longtemps battus. Deux jusqu’à 45 000 € puis un troisième, un outsider comme ils aiment dire dans les ventes aux enchères pour un intervenant de dernière minute, a proposé 46 000 € en espérant décourager tout le monde mais l’un des deux premiers téléphones a dit 47 000 et a remporté la mise. 47 000 € soit frais compris 58 280 € (les frais de Drouot estimations sont moins élevés que les autres maisons). Le résultat est un peu surprenant compte tenu de l’estimation de départ entre 10 000 et 15 000 €. La Gazette Drouot écrit à propos de ce tableau: “Entre exubérance et sobriété, La Serna décrit la force et le poids des traditions du sud de l’Espagne, partageant son goût pour la couleur, pour les compositions animées de figures, mais aussi pour les natures mortes.” En effet, la peinture d’un artiste à l’œil aiguisé.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?