Instant “culture” pour 2021

Par vendredi 1 janvier 2021 Permalink 1

Je pense qu’il est bon de commencer l’année avec une page “culture”. Complètement au fait de la chanson française actuelle, je me suis régalé hier d’une oeuvre d’un rappeur marseillais dont le texte, surtout le refrain, résonnait avec mes souvenirs de lecture, du temps où je découvrais Pagnol et lisais “Le château de ma mère”.

Ce petit quatrain, ébauche d’un sonnet, vous en dira long: “Nique ta mère, Sur la Canebière! Nique tes morts, Sur le vieux port!” L’impeccable versification du rebelle rimbaldien sonne encore ce matin dans mon esprit émerveillé. Et je le regrette, je me culpabilise, je n’est rien compris au reste du morceau. Il s’agissait d’un chanteur black avec une grosse grosse voix, vous voyez ce dont je parle, très loin d’un “Porporino ou Les mystères de Naples” pour ceux qui ont lu Dominique Fernandez. Il scandait des choses certainement très profondes mais inaudibles aux oreilles d’un vieux mâle blanc de plus de 50 ans.

Néanmoins, dans le clip sur “You tube” en plus de ce mémorable instant musical, il y avait une cerise sur le gâteau qui, reconnaissons les artistes à leur juste mesure, vaut absolument le détour. Une jeune fille blanche se dandinait, se trémoussait tranquillement sur les notes de la chanson. Certes ce n’était pas un petit rat de l’opéra. Avouons même qu’elle n’était pas d’une distinction folle. Mais elle a eu quelques trouvailles chorégraphiques qui eussent pu inspirer Nijinski ou Béjart s’ils avaient été encore vivants. Par exemple, en gardant le rythme, tout en enlevant le linge qui pendait dans une buanderie transformée en studio d’enregistrement, elle jouait avec un trousseau de clés que j’imaginais être un puissant symbole du message qui était véhiculé, mais comme je l’ai déjà dit, je n’ai rien compris aux paroles… Et pour finir, au lieu de conclure son solo par une révérence somme toute assez banale, l’inventive danseuse préféra faire un gros doigt au spectateur éberlué. Evidemment, zoom-avant sur la main de l’espiègle artiste.

Voilà, le clip se termine ainsi. Un peu comme l’année 2020. Meilleure année 2021 à tous!

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?