Immigration de masse et menace culturelle

Par lundi 27 août 2018 Permalink 4

L’Union Européenne se caractérise pour Laurent Wauquiez par une « immigration de masse devenue aujourd’hui une menace culturelle pour la civilisation européenne ». Le débat pour les prochaines élections des députés européens est lancé. Il avait été escamoté lors des présidentielles en grande partie à cause de la naïveté de Marine Le Pen qui s’était laissée embarquée sur les sujets économiques et financiers. La question de l’immigration sera maintenant au centre de la prochaine campagne électorale.

Et c’est normal! La civilisation occidentale est en train d’être remise en cause. De sa survie dépend tout le reste, i. e. notre capacité à réunir les pays européens dans des valeurs judéo-chrétiennes ou gréco-romaine, pourquoi pas puisque dans l’art tout a commencé là. Si l’Union Européenne telle qu’elle est envisagée par les ploutocrates qui la mènent, est une monstruosité pour les peuples du vieux continent, l’union entre les européens demeurent un beau projet. Mais c’est bien une union entre européens qu’il faut concevoir et non un bazar mondialiste incluant les asiatiques, les africains, les moyen-orientaux, enfin la terre entière! Ces migrants doivent comprendre qu’ils ont avant tout le devoir de soutenir leur propre pays et l’humanisme des pays riches passe par aider ces gens à rester chez eux et non à les pousser à s’exiler.

Il est certain que les peuples européens, à condition que leur identité culturelle et religieuse soit préservée, sont prêts pour des sacrifices si ceux-ci ne remplissent pas les poches des milliardaires comme Emmanuel Macron le conçoit, en vidant les leurs. L’Europe est un combat pour la solidarité mais la solidarité ne peut exister avec toute la planète. Il s’agit avec les prochaines élections de mettre en exergue une solidarité uniquement entre européens. Depuis trop longtemps la population est sacrifiée sur l’autel du melting pot ou sur celui de la financiarisation, les deux allant de paire d’ailleurs.

Dire non à l’Union Européenne est une évidence pour ceux qui veulent rester ce qu’ils sont. Ce n’est pas une honte d’être heureux tel qu’on est. Non, ce n’est pas une passion triste, M. Macron, c’est au contraire le secret du bonheur. Mais après ce non, l’édifice pour retrouver un respect réciproque et une envie de partage entre les pays européens sera à construire. Actuellement, l’Union Européenne, c’est la guerre. Il s’agit maintenant de construire une coopération fraternelle qui ramène la paix.

Frédéric Le Quer