Henri Rousseau, alias Le Douanier Rousseau

Par dimanche 4 mars 2018 Permalink 1

C’est Alfred Jarry qui surnomme le peintre Le Douanier Rousseau (1844-1910) à cause du métier de gabelou qu’il exerce jusqu’à quarante neuf ans. Dès les années 1880, il pratique la peinture, sans maître mais non sans application, prenant le soin de copier les plus fameux tableaux du Louvre où il se rend régulièrement. En homme du XIXe siècle, Gérôme, Delacroix, Bouguereau sont plus spécifiquement ses références. L’autodidacte a la volonté farouche d’être reconnu, de voir son art apprécié à sa juste mesure. Ce n’est pas facile! Au salon des indépendants où il expose ses toiles, moqueries et quolibets sont au rendez-vous jusqu’à ce qu’un certain Félix Vallotton ( https://politiqart.com/felix-valloton-1865-1925/ ) déclare qu’il est “l’alpha et l’oméga de la peinture” à propos de son premier tableau ayant pour sujet la jungle. ça ne fera pas pour autant de lui un Jeff Koons! Devenu professeur de dessin, ce qui en soit représente une certaine réussite sociale, il meurt pauvre et probablement alcoolique.

Mais la carrière du Douanier Rousseau ne s’arrête pas à sa mort. Admiré de Picasso qui toute sa vie garde un portrait de femme peint par lui, Matisse, Apollinaire ou Delaunay, il influence le mouvement dada, les surréalistes et même les futuristes italiens, mouvement lié au fascisme. Son travail dépasse largement le courant de l’art naïf par la puissance poétique de son imaginaire. Les tableaux du Douanier Rousseau sont de nos jours répartis dans les plus grands musées à Paris, New York, Chicago, Moscou, Düsseldorf, Zurich, Philadelphie… Autant dire qu’il n’est pas très fréquent sur le marché de l’art, surtout en France. Deux résultats néanmoins concernant des petits formats. En une, typique de l’oeuvre de l’artiste qui pousse tant à la méditation et au rêve, “Paysage de banlieue”, une huile sur toile 27 x 34,5 cm présentée le 17 octobre 2014 chez Aguttes svv et vendue 102 008 €. Ci-dessous une oeuvre antérieure marquée par l’influence romantique “L’attaque des ours”, 20,2 x 24,7 cm, adjugée à Brest chez Thierry Lannon & associés le 19 juillet 2014 pour la somme de 58 800 €.
SAM_6402
Frédéric Le Quer