Henri-Achille Zo (1873-1933)

Par dimanche 28 novembre 2021 Permalink 1

Voilà maintenant plusieurs décennies que les peintres basques sont prisés des collectionneurs, peut-être aussi grâce à l’important travail effectué par les institutions régionales… Enfin tout ça est un peu dialectique. Et puis les nouveaux arrivants dans la région qui font tant grimper l’immobilier aiment à témoigner de leur nouvel ancrage par des œuvres d’art marquées de “basquitude”! Après nous être intéressé hier à Gabriel Deluc, mentionnons aujourd’hui Henri-Achille Zo!

Henri-Achille Zo, né à Bayonne, est d’abord l’élève de son père, Achille Zo, co-initiateur de l’école de Bayonne, avant de monter à Paris et de s’inscrire aux Beaux-Arts. Il est rapidement reconnu, obtient une médaille d’argent à l’exposition universelle de 1900, reçoit le prix Rosa Bonheur en 1903, remporte le prix national au Salon des artistes français en 1905 et expose régulièrement à la société des amis des arts de Bordeaux. Sa grande affaire est la tauromachie très en vogue de son temps bien que complètement décrédibilisée aujourd’hui. Mais ses scènes plaisent toujours aux amateurs même si on pourra comme moi préférer celles de pelote basque ou encore ses paysages animés.

“La promenade, couple de cavaliers en sous bois” représentée en une a emballé les collectionneurs chez Brissonneau svv le 26 novembre 2021. Regardez les oreilles du cheval blanc! Indiquent-elles que la cavalière qui monte en amazone est une diablesse? En tout cas c’est drôle! Et le cheval brun très fier la tête haute, révèle-t-il le caractère du monsieur? Bref, il fallait compter plus de 15 000 € pour s’approprier cette grande huile sur toile ( 146 x 181 cm) alors que l’estimation basse était 3 fois inférieure.

Un exemple ci-dessous du travail de Henri Achille Zo en tant que peintre de corrida avec le patio de caballos présenté à Saintes chez Geoffroy – Bequet le 8 octobre 2021, huile sur toile 60 x 91 cm qui fit 17360 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?