Harcèlement sexuel, agression, viol

Par vendredi 16 février 2018 Permalink 2

Alors que les bourses se redressent, la polémique à propos du harcèlement sexuel ne dégonfle pas! Les débats télé sont légions, la radio publique organise même une journée spéciale sur le sujet. Quelques grandes lignes directrices en ressortent. Les anglo-saxonnes sont très remontées. A part quelques pasionarias de #balancetonporc, les français semblent bien plus mesurés.

En Amérique (rubrique de Brice Couturier hier sur France Culture), quelques grands malades en sont à déclarer qu’il faut radier du cinéma Woody Allen pour ses penchants sexuels et faire l’effort d’oublier tous ses films! En France les créateurs de génie ne sont pas remis en cause, en tout cas leurs œuvres. En politique, Tariq Ramadan va passer bientôt pour un malade mental irresponsable, un peu comme les terroristes qualifiés souvent de déséquilibrés. Si Gérald Darmanin ne trouve pas toujours grâce aux yeux des commentateurs bien que la première affaire de viol dont il est accusé vient d’être classée sans suite, son collègue Nicolas Hulot est très protégé par l’ensemble de ses anciens confrères des médias. Son dossier serait quasiment vide. Circulez, rien à voir! On se demande comment le nom de la petite fille de Mitterrand a bien pu sortir dans cette affaire… Non, on ne se demande pas, elle a porté plainte pour viol avant de se rétracter. Mais il semble qu’entre ex-collègues de l’audiovisuel, on ne se bouffe pas le nez de cette manière… Ils doivent être nombreux à avoir quelques cadavres dans leur placard…

Tout ce cirque passe à coté de ce dont souffrent beaucoup de femmes: elles sont obligées de se cacher, de se voiler et sont victimes d’un puritanisme qui, après plusieurs décennies de libération sexuelle marquée avant tout par l’égalité homme-femme, les ramène à devoir se comporter comme des êtres inférieurs à l’homme, dépendants de l’homme, opprimées par l’homme. Si le viol est une tragédie, le carcan psychologique et religieux dans lequel on enferme un sexe considéré avant tout comme faible est une destruction de masse de la personnalité. Mais toutes ces pauvres filles n’intéressent pas les stars hollywoodiennes et leur drame de toute façon est politiquement incorrect…

Frédéric Le Quer