Happy end à Théoule-sur-Mer

Par mardi 8 septembre 2020 Permalink 1

A Théoule-sur-Mer, la famille musulmane qui s’est appropriée quelques jours la maison d’autrui, est partie. Si la loi a montré son inefficacité à résoudre cet acte malveillant, il est probable que la volonté politique ait pallié à ses déficiences.

Le cas de ce pauvre monsieur qui se retrouvait dehors à regarder des intrus disposer de son bien immobilier, a choqué toute la France y compris ceux qui, tous les jours, lui explique comment elle doit penser avec beaucoup d’empathie aux criminels. Les journalistes et éditorialistes doivent être nombreux à posséder une résidence secondaire sur le littoral méditerranéen ou même ailleurs! Et ils se sentaient enfin directement concerner par l’ensauvagement du pays. Je n’ai cette fois entendu personne prendre partie pour les délinquants. Au mieux j’ai surpris un député LREM sur LCI hier vers 11 h du soir expliquer qu’on ne pourrait faire partir les squatteurs qu’après avoir réglé le problème du logement en France! Si le pauvre propriétaire a entendu ça, il devait être fou furieux! Mais heureusement ce n’était que l’opinion d’un des nombreux illuminés qui soutiennent Macron. En fait, le pouvoir a dû sentir que cette affaire tournait au vinaigre et ne pouvait avoir que de très mauvaises répercutions au niveau électoral. Une sombre histoire de violence conjugale a servi à la dénouer. L’honneur de la procédure judiciaire est sauf et le principal est réglé, le propriétaire étant en mesure de récupérer son bien plus rapidement que prévu.

L’ensauvagement de la société et la criminalité sont, comme en témoigne l’issue de ce fait divers, avant tout des problèmes de volonté politique. Et celle-ci n’existe pas pour sécuriser les français. L’état est capable d’agir de temps en temps pour faire baisser la pression puis abandonne à nouveau les citoyens à leur triste sort en refusant de s’investir d’avantage. Cet acharnement des dirigeants contre ce qui est français, contre le bien être des citoyens ne peut plus durer. Quand ils veulent, ils peuvent comme le prouve l’affaire de Théoule-sur-Mer.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?