Gustave Miklos (1888-1967)

Par dimanche 2 mai 2021 Permalink 1

Quand Gustave Miklos venant de sa Hongrie natale arrive à Paris le 9 mars 1909, il s’installe dans la cité d’artistes “La Ruche”. Il se fait remarquer pour ses tableaux cubistes dans la veine de Le Fauconnier ou Metzinger en participant au salon d’Automne ou à celui des Artistes indépendants. Lors de la première guerre mondiale, il s’enrôle dans l’armée et part sur le front d’orient ce qui ne sera pas sans influencer sa palette devenant plus vive en osant des couleurs éclatantes. Sa première sculpture en ronde bosse date de 1922 et à partir de ce moment ses œuvres picturales se feront très rares même s’il expose encore en 1923 dans la galerie de l’Effort moderne.

Le travail de sculpteur de Gustave Miklos se singularise par le fait qu’il n’aimait pas les fontes d’édition et que ses œuvres sont le plus souvent uniques, leur créateur s’attachant à en être à la fois le fondeur, le ciseleur, en réalisant par dessus le marché lui-même la patine même si il travailla aussi parfois avec le fondeur Valsuani. Ses sujets sont le plus souvent figuratifs dans le goût art déco mais il réalisa aussi 5 sculptures non figuratives. On ne peut évoquer Gustave Miklos sans mentionner ses autres talents comme ceux d’illustrateur, d’émailleur de décorateur ou de concepteur de reliures. Bref, c’est un parisien très lancé dont les œuvres sont acquises par Jeanne Lanvin, Jacques André (directeur de Standart-Esso) ou la famille Rotschild.

Sur le marché de l’art,l’artiste n’est pas très souvent présent. Mentionnons un magnifique pigeon de 1958, en une, un bronze avec une fonte à la cire perdue de Valsuani, haut de 39 cm sans le socle, qui trouva preneur chez Ivoire – Bordeaux Chartrons enchères à 116 000 €. Retenons aussi, ci-dessous, dans un genre abstrait, une fonte posthume, en effet sa veuve en a fait faire par Valsuani, appelée Divinité solaire, haute de 64,7 cm, qui fit chez Tradart Deauville enchères le 22 août 2014, 102 090 €.

Concernant les tableaux les prix n’ont plus rien à voir. L’article de la semaine dernière avec le lien suivant ( https://politiqart.com/un-renoir-dans-une-vente-judiciaire/ ) propose une huile sur toile du maître, n’y revenons pas. Sinon un exemple intéressant chez Aguttes à Neuilly sur Seine avec une peinture de 1942 entourée d’un cadre conçu par l’artiste en acétate de cellulose, haut de 29 cm: environ 6500 € étaient nécessaires pour l’acquérir.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?

19 visiteur(s) en ligne actuellement
0 visiteur(s), 19 robots, 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 37 , à 09:29 am UTC
Ce mois: 49 , à 07-05-2021 12:22 am UTC
Cette année: 65 , à 01-28-2021 10:27 am UTC
Tout le temps: 425 , à 03-25-2018 10:25 pm UTC