Gustave Henri Colin (1828-1910)

Par samedi 29 janvier 2022 Permalink

Le peintre Gustave Henri Colin plaisait à Emile Zola. On sait que le grand écrivain était un piètre critique d’art! Néanmoins Colin, sans être en haut de l’affiche, continue de nos jours à plaire aux collectionneurs, en particuliers ceux du Pays Basque mais il est aussi dans tous les musées. Je me suis laissé dire que le lycée Janson de Sailly à Paris conservait aussi quelques unes de ses œuvres…

Gustave Henri Colin naît à Arras. Destiné à une carrière de juriste, il commence à apprendre la peinture dans sa ville natale puis à Paris avec Ary Scheffer, Thomas Couture et Camille Corot qui exercera une forte influence sur son oeuvre. Il se marie à une basque, s’installe à Ciboure où il crée son atelier puis à Saint Jean de Luz. Séduit par le quotidien du peuple basque, il s’attache à en décrire ses coutumes des deux côtés de la frontière. En 1863, il expose son travail au Salon des Refusés à Paris. En 1874, il participe à la première exposition des peintres impressionnistes avec cinq toiles.

Sur le marché de l’art, Gustave Henri Colin n’est pas rare du tout et sa cote est très variable. En 2021 chez Delon Hoebanx à Drouot, le tableau en une, une vue de Saint Jean de Luz, huile sur toile 110 x 80 cm fit environ 12 000 €. En revanche en 2019 chez Tajan à Paris l’huile sur toile ci-dessous, de la même taille que la précédente fut adjugée autour de 1000 €.

Un dernier exemple, chez Crait et Muller à Drouot avec cette petite vue du Pays Basque espagnol (33 x 44 cm) pour laquelle il fallait prévoir environ 1600 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?