Gustave Caillebotte (1848-1894)

Par samedi 4 janvier 2020 Permalink 1

Le parisien Gustave Caillebotte est né dans une famille enrichie par l’industrie textile. Son aisance financière lui permettra d’aider pendant les temps de vaches maigres ses amis impressionnistes rejoints dès le début de l’aventure. Il peint le Paris du baron Haussmann, il peint les environs de l’Yerres, les canotiers, la maison familiale et après son déménagement au Petit Gennevilliers près de chez Manet, ce sera la Seine et le jardin de sa propriété qui seront les sujets principaux de son oeuvre. Très à l’aise financièrement, Caillebotte n’a jamais eu besoin de vendre ses toiles pour survivre et travaille en cultivant son style en toute liberté. L’artiste n’est d’ailleurs pas seulement peintre. S’il se revendique jardinier comme son ami Monet, il n’est pas étranger à l’industrialisation de la banlieue nord ouest de Paris avec la création d’un chantier naval dans lequel le rôle d’architecte et concepteur de bateau lui est imparti. Ses navigations fréquentes l’amènent à être président du club nautique. Il sera aussi élu en 1888 conseiller municipal du Petit-Gennevilliers.

Gustave Caillebotte est rare et cher dans les ventes aux enchères. La “vue du Petit-Gennevilliers depuis le fossé de l’Aumône” de 1889, ci-dessous, 73 x 60 cm, présenté le 20 juin 2017 par Hotel de vente de la vallée de Montmorency faisait 888 000 €.

Signalons curieusement deux invendus en 2019: Le premier ci-dessous, présenté chez Artcurial le 4 juin “Attelage de Fardier” vers 1880, 30 x 25 cm, estimé entre 80 000 et 120 000 €; le second “Massif de jacinthes, jardin du Petit-Gennevilliers”, 63 x 73 cm, présenté à Drouot par Auction Art Rémy Le Fur le 19 juin avec une estimation entre 400 et 600 000 €. A vous de juger pourquoi…

Frédéric Le Quer

PS: En une le portrait de Gustave Caillebotte peint par Renoir dans “Le déjeuner des canotiers”, tableau visible à Washington DC, The Phillips Collection

Laisser un commentaire ?