GJ versus Grand Débat

Par lundi 21 janvier 2019 Permalink 2

Les médias officiels de presse écrite et de télévision tentent de remplacer l’actualité des gilets jaunes par celle du grand débat national. Ils recommencent à diffuser des chiffres de participation aux révoltes du samedi sans la moindre précaution, sans déontologie, en faisant aveuglément confiance au ministère de l’intérieur qui est partie prenante dans l’histoire. Un syndicat de police, “Policiers en colère”, donne des chiffres bien supérieurs mais personne ne daigne les mentionner. Après cette information manipulée, plus grand chose mérite aux yeux des journalistes d’être traitée, surtout quand la castagne dans les défilés est modérée. Les débats des chaînes d’info en continu où les participants rivalisent de projets réactionnaires et répressifs pour faire taire le peuple français, subsistent encore. On ressort aussi des vieilles gloires de l’audiovisuel du style Jean-François Kahn, François de Closet, Duhamel, qu’on espère encore avoir une vague audience pour décrédibiliser le mouvement. On les sent heureux de refaire leurs vieilles mimiques usées jusqu’à la corde. Un peu triste. Ils auraient mieux fait de rester dans la naphtaline.

Les unes se focalisent donc sur le grand débat et surtout sur les one man show présidentiels devant les maires. Ces derniers écoutent un peu béats les longues ficelles oratoires de l’énarque. Ils sont bluffés. Ils n’ont pas l’habitude de ce genre de messe où la vraie intelligence, celle des idées originales et celle du cœur n’est nulle part, mais où on retrouve partout les méthodes agaçantes, les arguments creux d’un sophiste, super héros d’un grand oral. Je me demande bien qui regarde un pareil pensum à la télé pendant des heures! Dans ces moments, la seule chose signifiante est ce qui se passe juste avant, dehors. ça c’est vraiment révélateur de notre société. Un nombre monstrueux de policiers protège le président contre les français de base quand il arrive. Plus question que Macron les approche. Trop dangereux. Ils hurlent leur colère derrière un cordon de CRS sans même pouvoir l’entrapercevoir. Et ils sont souvent frappés. 300 blessés graves depuis le début du mouvement des gilets jaunes (mains arrachées, mâchoires brisées et yeux crevés). Même certains pontes en chirurgie s’en inquiètent!

Mais ces moments qui donnent une idée de la brutalité du régime Macron, n’ont pas l’heur d’intéresser nos médias. C’est là qu’intervient la ré-information. Les réseaux sociaux donnent dorénavant le change aux infos de 20h. Les gilets jaunes n’existent que grâce à eux et comme le pouvoir aura le plus grand mal à les faire taire malgré ses tentatives, la révolte n’est pas près d’être étouffée.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?