Fusillade à Vienne

Par mardi 3 novembre 2020 Permalink 1

Comme elles ont été rapides les petites lâchetés entendues à propos des caricatures de Mahomet! Elles heurtaient la sensibilité des musulmans. Il fallait faire attention à ne pas les froisser. A l’étranger comme au sein de quelques intellectuels français, l’autocensure devait devenir l’outil du vivre ensemble. Et de nous rejouer le coup du critique d’art section dessin en jugeant la forme pour mieux l’éreinter et ainsi pour mieux culpabiliser la France. Pourtant si il y a bien une raison de ne pas renier ces dessins, c’est de voir l’hystérie collective qui habite les mahométans prêts à massacrer quiconque n’est pas des leurs. Ils exagèrent l’émotion et perdent ainsi le droit à se voir respecter. Leur ridicule tue leur foi vis à vis des autres. Ils cherchent en fait un prétexte pour nous combattre. Dès qu’on cédera sur celui-ci, une autre raison de s’en prendre à nous apparaîtra aussitôt.

La fusillade à Vienne hier soir en est une preuve dont les gens lucides n’avaient d’ailleurs pas besoin. La jolie capitale autrichienne se voit à son tour victime de son immigration, victime de sa criminelle naïveté vis à vis de ceux qui pénètrent sur son territoire. Un nouveau terme vient d’ailleurs d’être trouvé, “sympathisant de Daesh”; les morts et les blessés apprécieront la litote! Quoiqu’il en soit, tous ces pays qui, à la suite de l’Allemagne, ont accepté de supporter une quantité invraisemblable de migrants d’un seul coup, se retrouvent menacer. Heureux les pays de l’est de l’ancien bloc soviétique qui ont refusé cette folie. Ils vivent encore en paix pendant que l’occident est incapable d’assurer la sécurité de ses citoyens.

Quand allons-nous fermer les frontières? Quand allons-nous chasser nos ennemis de l’intérieur qui se comptent par centaines de milliers? Quand pourra-t-on à nouveau parier sur l’assimilation des étrangers? Quand se donnera-t-on une chance de gagner cette guerre?

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?