François Hollande sur France Culture

Par mardi 26 octobre 2021 Permalink 1

Si ce matin lors du passage de François Hollande à France Culture, la discussion a mentionné en parlant de la gauche des noms improbables comme Ayrault, Valls, Cazeneuve ou Taubira, sans rire, comme si ces gens avaient la moindre actualité résonnant chez les français, si la discussion a abordé des sujets relativement consensuels comme le besoin d’un mixte énergétique sans rejeter le nucléaire et l’extravagante dette de la France, il a fallu attendre trois quarts d’heure pour entendre prononcer le nom d’Eric Zemmour alors que le sujet de l’élection présidentielle était omniprésent tout le temps.

Et encore le journaliste a parlé d’une primaire à l’extrême droite, c’est leur nouveau truc, ça, la primaire à l’extrême droite, en évitant soigneusement de prononcer le nom Zemmour et en répétant à l’envi celui de Le Pen. Le journaliste du service public et son collègue, complètement dans le déni en répétant la bave aux lèvres (je le devine) “extrême droite, extrême droite” se sont retrouvés tout dépités en entendant les explications du dernier grand leader du Parti Socialiste. Certes personne ne s’arrêta à aucun moment sur les raisons profondes de l’engouement populaire en faveur d’Eric Zemmour. L’insécurité culturelle et physique et l’immigration invasive ne furent jamais abordées de près ni même de loin. Hors sol tous ces journalistes de Radio France qui parlaient aux français de leur immeuble des quais de la Seine du XVIe arrondissement de Paris. L’interdiction de Zemmour sur leurs ondes se double apparemment de l’interdiction de dire son nom. Ils tentèrent de rester obstinément sur des enjeux politiciens en se refusant à traiter le fond.

En revanche, d’une certaine manière François Hollande a rectifié, il est trop roué pour que ce soit à son corps défendant, en recentrant la candidature Zemmour, la faisant déborder vers les milieux intellectuels et largement sur le socle électoral LR rendant l’expression de ses intervieweurs “primaire à l’extrême droite” idiote. Evidemment dire que c’est son ennemi politique est évident mais il semblait y avoir comme une alliance objective à la mode marxiste. S’il veut voir Emmanuel Macron battu, la carte Zemmour est en effet la bonne… Des titres de noblesse intellectuelle valoriseront le vote Zemmour. Souligner son socle électoral chez LR fragmentera le vote pour Emmanuel Macron…

Bel exemple de la tournure d’esprit de cet ancien président. Quant aux journalistes d’état ils ont fait le job que faisant dans le temps leurs confrères de la Pravda…

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?