François Boucher (1703-1770)

Par dimanche 8 septembre 2019 Permalink 1

Si l’influence de Watteau apparaît derrière les œuvres de François Boucher, sa manière de coloriste en vue d’exalter la beauté et l’érotisme en fait un peintre singulier. Sa formation l’entraîne à séjourner à Rome à l’académie de France où il explore les thèmes mythologiques et pastoraux. En 1734, il est nommé peintre d’histoire, le summum dans la hiérarchie des genres, et dès l’année suivante il est officiellement chargé du décor de la chambre de la Reine à Versailles, voir la peinture des Vertus royales du plafond. Son goût du raffinement et de l’élégance le met en osmose avec le style rococo dans lequel il baigne à la cour de Louis XV et qu’il propage par exemple lors de sa collaboration avec la manufacture de tapisserie de Beauvais pour laquelle il réalise 14 cartons. Son gout pour le théâtre le pousse aussi à de grandioses travaux scénographiques à l’opéra de Paris. Le peintre du roi, sa nomination a lieu en 1755, et des grâces composera en vieillissant des sujets religieux.

Si ses dessins sont assez fréquents dans les ventes aux enchères, ses huiles sont bien plus rares. Cette année chez Artcurial, le 2 avril, dans la vente “Les collections Aristophil”, “La jardinière surprise” en une, 81 x 63,5 cm, faisait malgré une estimation basse à 40 000€, 201 500 €. Ci-dessous, chez Ader ovv, “Jeux d’enfants ou l’automne”, 87 x 136 cm, s’échangeait contre 201 000 € le 24 juin 2014.

Concernant le dessin ci-dessous, “Vénus à la colombe”, sanguine, pierre noire et craie blanche, 24 x 34,5 cm, Auxerre enchères ovv s’en séparait contre 45 980 €.

Enfin terminons avec cette charmante esquisse vers 1755 au crayon noir et rehauts de craie blanche, 27 x 40,5 cm, pour l’oeuvre intitulée “Sylvie délivrée par Aminte” qui, chez Eve ovv à Drouot, fit le 21 décembre 2017 20 000 €.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?