Forum international sur la paix

Par lundi 12 novembre 2018 Permalink 1

Décidément Emmanuel Macron s’acharne à hystériser la vie politique nationale comme internationale. Sur ce dernier point,  sa dernière trouvaille a été un forum international sur la paix porte de La Villette à l’occasion du centenaire de l’armistice, un machin qui doit nous coûter un “pognon de dingue” et dont Donald Trump, entre autres, s’est dispensé. Dans la débâcle de popularité que notre président connait, un ennemi de l’extérieur, en plus de celui de l’intérieur, désigné pour lui comme étant les populistes ou nationalistes, lui serait bien utile pour faire diversion. C’est assez indigne mais ce comportement souvent vu au fil de l’histoire, est particulièrement dangereux. Qui menace vraiment la paix actuellement, non pas la paix civile, l’ennemi existe à ce niveau il est islamiste pas populiste, mais une paix qui se transformerait en guerre avec des bombes envoyés par une puissance étrangère qui tomberaient sur la France ? Personne. Aucun pays. Ni les russes comme on veut nous le faire croire, ni les américains. Mais Macron tente de faire son miel de ce danger fictif pour demander toujours plus d’efforts à la population, toujours plus de sacrifice et lui faire accepter ses réformes, ses taxes, ses discriminations sociales. Les commémorations du 11 novembre n’étaient qu’une manipulation des esprits au cours de laquelle Emmanuel Macron a encore parlé de réarmer l’Union Européenne contre Trump et Poutine. C’est en effet à ce que représente ces leaders qu’il s’en prend. Ils sont, par leur popularité, la voix qui rend ses discours inaudibles voire abjectes; abjectes car il instrumentalise les horreurs de la guerre dans son intérêt, pour son profit. La disqualification du néolibéralisme dont il est le parangon, l’oblige à détourner les peurs, non pas vers celles réelles, celles du quotidien, celles du déclassement, celles de l’argent qui manque, celles de l’accès aux soins plus difficile, celles de l’islamisation du pays, mais détourner les peurs sur des fictions, mobiliser contre un ennemi, n’importe lequel et préparer à la guerre pour divertir le citoyen des vrais problèmes qui sont ceux qu’accentue sa politique dirigée uniquement dans l’intérêt de sa classe sociale privilégiée.

Frédéric Le Quer