Fonctionnaires dans le collimateur

Par mercredi 27 mars 2019 Permalink 2

Les fonctionnaires sont trop nombreux et ne travaillent pas assez. On peut difficilement nier que certains ont plus véritablement une occupation, un passe-temps rémunéré, qu’ils n’exercent un emploi. Ils sont, en vrai, à l’égal de la plupart de nos élus. Tout ce petit monde se tient par la barbichette, dépendant les uns des autres pour s’auto-perpétrer en profitant du système autant qu’il est possible.

Une fois qu’on a enfoncé cette porte ouverte, on en reste tout de même un peu mal à l’aise. D’abord la plupart d’entre nous sont, dans la vie, incapables d’être réellement productifs, d’apporter une valeur ajoutée. C’est comme ça. C’est la nature humaine dans toute sa diversité et il est impossible de laisser tous les bons à pas grand chose sur le carreau. Le système les aime comme ils sont car ils consomment les conneries qu’il leur vend. Et il les aime d’ailleurs tant qu’il en fait venir de partout dans le monde! Ensuite, comment ne pas constater que beaucoup de grands patrons coûtent beaucoup plus chers aux finances publiques que les fonctionnaires privilégiés en accusation. Les banquiers par exemple qui ont été sauvés en 2008 par une augmentation de la dette de l’état de 50%. Toutes les multinationales du BTP qui ne vivent plus que de concessions avantageuses pour elles seules et de marchés publics inutiles qui les enrichissent en augmentant nos impôts. Le secteur de l’énergie qui se goinfre de subventions sans lesquelles son business ne serait pas viable. Et énormément d’autres entreprise qui n’ont de privé que le nom, mais qui dépendent uniquement des contributions directes et indirectes des citoyens. Notre économie est plus proche du système soviétique que de celui des USA des années 50!

Emmanuel Macron qui disait “en même temps” pendant sa campagne électorale, s’attaque comme toujours aux plus faibles sans se préoccuper des gros accapareurs qui ont, eux, ses faveurs. Il y a pourtant une solution plus égalitaire à celle consistant à privilégier certains au dépens des autres. C’est évidemment un revenu universel qui ne coûterait pas plus cher si tous les avantages indus de tout le monde étaient rabiotés. Mais ce qui ferait un peu gagner à certains serait si pénalisant pour ceux qui profitent que ce n’est pas demain la veille!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?