Finkielkraut, gros amalgame

Par dimanche 17 février 2019 Permalink 1

On aurait pu croire qu’Alain Finkielkraut était insulté par des Gilets Jaunes à cause des déclarations peu amènes qu’il avait eu dernièrement à leur égard en leur reprochant leurs trop nombreux passages à la télévision. Mais ce n’est pas du tout ce qui s’est passé. Des pro palestiniens dont apparemment un arabe plus remonté que les autres que les télés se gardent bien de montrer, lui ont reproché son sionisme! Son sionisme! Ils n’étaient pas nombreux ces cons! 4, 5 au maximum à hurler et à l’invectiver. Aujourd’hui toute la classe politique française et les médias amalgament le mouvement à cette scène honteuse. Le “Pas d’amalgame” quand ça les arrange lors des actes de terrorisme islamique. Mais gros amalgame quand le peuple se soulève pour mieux le rabaisser.

Depuis plusieurs semaines, une petite musique se faisait entendre à propos du soi-disant antisémitisme existant dans le mouvement. Il était obligatoire que compte tenu de la foule immense contestant tous les samedis, un événement vienne étayer cette allégation mensongère. Oui, mensongère parce qu’elle ressemble à une fake news. Les médias diffusent à l’envi des images avec un son inaudible et traduise ce qui s’est passé à leur manière, dans l’intérêt de leur classe. Mais le mouvement n’a rien d’antisémite. C’est un mouvement de lutte des classes. Oui ça existe encore et c’est vivant n’en déplaise au parti communiste. L’esclave contre le maître. C’est Hegel qu’on ressuscite. La dialectique en marche. Cette dialectique qui empêche de dormir les puissants. Une révolution que le monde entier observe et analyse avec effroi ou avec espoir.

Finkielkraut a hélas pris position contre les gilets jaunes, victime de son milieu social, peut-être aussi victime de sa pensée. Il ne comprend pas. Il ne peut pas comprendre. Dommage car c’est l’un de nos plus intelligents intellectuels. Dommage mais ce n’est pas grave. Finkielkraut passe à coté d’un mouvement qui marquera l’Histoire. C’est son problème. Mais ni Finkielkraut, ni les pro palestiniens qui viennent s’immiscer, n’arrêteront le chamboulement sociétal qui passe par la violence, non pas contre les juifs, ce serait ignoble, mais contre la classe dominante d’où qu’elle vienne.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?