Fautrier (1898-1964) additif à l’article du 21/4/2018

Par jeudi 13 juin 2019 Permalink 1

Si Jean Fautrier est surtout connu pour être l’un des pères de l’art informel français avec Jean Dubuffet, deux œuvres figuratives éclairaient une bonne petite vente cataloguée organisée, ce jour, par la maison Muizon-Rieunier au sous-sol de l’hôtel Drouot.

Jean Fautrier a connu deux guerres mondiales. Lors de la première, il fut gazé et blessé à un œil. Pendant la seconde, il participa à la résistance, fut arrêté par les nazis et libéré grâce aux relations de son ami Jean Paulhan. Entre ces deux événements tragiques, il peint, se cherche, devient même un temps gérant de boite de nuit à Val-d’Izère. A la libération, il trouve le succès avec la série d’huiles sur papier appelée “Les otages” où la souffrance des têtes ne dissimule curieusement pas leur beauté.

Les deux œuvres qui nous intéressent date de l’entre deux guerres. La première, huile sur toile, en une, signée, circa 1928-1929, “Fleurs et fruits sur fond gris”, 65 x 100 cm, fit 124 000 €.
Le même acheteur acquit la seconde, huile sur papier marouflé sur toile, ci-dessous, 1939, “Nature morte à la carafe et aux pommes, 73 x 92 cm, pour 105 400 €.

Les deux résultats sont dans la fourchette de la solide estimation entre 100 000 et 150 000 € chaque. Signalons toutefois qu’il n’y eut pas de lutte entre enchérisseurs!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?