Extinction de l’humanité

Par vendredi 22 janvier 2021 Permalink 1

S’il devait y avoir une extinction de l’humanité dans les prochaines décennies, les choses commenceraient probablement de la manière dont elles commencent depuis un an dans cette crise épidémiologique, doucement, avec des erreurs des dirigeants et une pandémie qui monterait en puissance, déclencheuse de catastrophes diverses et variées au niveau sanitaire, économique et politique au fur et à mesure de l’accroissement de sa dangerosité. L’épidémie nous a d’abord ramené au XVIIe siècle où le médecin au lieu de saignée et de lavement prescrivit de l’aspirine pour combattre un virus! Le vaccin a désormais pris le relais pour servir de bouée de sauvetage.

Il fallait de nombreuses années, au moins 9 à 10 ans, en moyenne 12, pour arriver à la commercialisation d’un vaccin. Pendant 3 à 5 ans, lors de la phase 3, des essais testaient sur des centaines, voire des milliers, de personnes le rapport bénéfices/risques du vaccin. Puis, pendant la phase de pharmacovigilance, celle de la commercialisation du vaccin, patients et médecins étaient incités à déclarer des effets secondaires non signalés aux instances de surveillance.

Ces règles de précaution ont disparu. Les vaccins contre le coronavirus n’ont quasiment pas été testés en phase 3. Alors que partout en occident il a été refusé de confiner uniquement les personnes à risque pour des raisons d’égalité entre les générations, elles servent actuellement de cobayes pour tester les vaccins parce que ce sont les seules pour le moment que le virus tue. Tant pis pour les quelques décès et les nombreux effets secondaires très indésirables découverts tous les jours!  “Presque tous les hommes meurent de leurs remèdes et non pas de leurs maladies”, comme disait Molière! Pourtant simplement confinés, les gens âgés n’auraient pas besoin de ces vaccins dangereux et le reste de la population s’auto immuniserait en vacant à ses occupations habituelles. Evidemment cette méthode rapporterait guère à Big Pharma.

Alors que le vaccin devait sauver une humanité fébrile, la rapidité de mutation de sars cov 2 devient pour les chercheurs une course à l’échalote. Les vaccinés de janvier devront remettre ça en septembre pour s’immuniser contre une autre souche. Et si le virus mute encore en Asie, au Brésil, en Afrique ou ailleurs? S’il mute et devient dangereux pour des individus moins mal portants que les précédents? Sauve qui peut! L’homme est un loup pour l’l’homme. Et ce n’est pas sur l’état qu’on pourra compter. Les dégradations économiques entraînées par l’épidémie seront un jour irréversibles. Rien qu’en un an, la transmission du savoir avec l’arrêt de l’enseignement est déjà un problème.

La décomposition commence ainsi. Des mauvais choix, une chimie dans la nature qui nous dépasse et l’inéluctable arrive au fil des jours, des mois, des années.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?

14 visiteur(s) en ligne actuellement
0 visiteur(s), 14 robots, 0 membre(s)
Maximum de visiteur(s) simultané(s) aujourd'hui: 41 , à 06:16 pm UTC
Ce mois: 49 , à 07-05-2021 12:22 am UTC
Cette année: 65 , à 01-28-2021 10:27 am UTC
Tout le temps: 425 , à 03-25-2018 10:25 pm UTC