Eugénie Salanson (1836-1912)

Par samedi 7 mai 2022 Permalink

Eugénie Salanson fut une femme artiste très en vue au XIXe siècle. Rien ne la prédestinait à la peinture passant son enfance dans une famille de fonctionnaire du nord dont le père était receveur des impôts, la mère évidemment ne travaillant pas… enfin elle eut quand même quatre enfants!

Bref, Eugénie commence sa formation à St Omer, n’entre pas aux beaux arts à Paris, l’école étant réservée aux hommes, mais suit l’enseignement de Léon Cogniet, peintre romantique, néoclassique et William Bouguereau, représentant illustre de la peinture académique.

Foin de révolution artistique avec Eugénie Salanson, vus ses maîtres, mais une technique remarquablement maîtrisée. A cette époque être une femme artiste était en soi une émancipation, alors il était rarement question pour la gente féminine de transgresser les règles de ce qui était considéré être une bonne peinture. Signalons toutefois que lorsqu’elle eut son atelier à Paris, en effet les commandes étaient nombreuses de la part de la bourgeoisie et sa réussite incontestable, elle travailla à coté de celui de Camille Claudel qui question transgression en connaissait un rayon!

Aux enchères de nos jours la cote d’Eugénie Salanson est très fluctuante, l’artiste étant un peu oubliée des collectionneurs. Un portrait d’enfant (en une) huile sur toile 46,5 x 38 cm daté de 1885 vient d’être vendu par la maison Beaussant Lefèvre à Drouot (le 29/4/2022) pour la modique somme de 322 €. Deux ans plus tôt chez Rossini il avait fait autour de 400 €…

Concernant des choses plus conséquentes, chez Beaussant Lefèvre toujours il fallait compter environ 3200 € pour acquérir la toile ci-dessous, un portrait de marquise de 1889, 72 x 62 cm.

Chez Artprecium la jolie provinciale (huile sur toile 55 x 46 cm) ci-dessous s’offrait à un amateur pour 600 €.

Allez, terminons avec une dernière provinciale pour se rendre compte du large spectre des prix d’adjudication! Chez Artcurial cette fois il fallait prévoir, en 2018, 9750 € pour l’huile sur toile ci-dessous 139 x 80 cm de 1879.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?