Eugène DEVERIA (1805-1865) à Drouot

Par samedi 15 décembre 2018 Permalink 1

Les romantiques on disparu! Il ne fallait qu’un peu plus de mille euros au musée d’Orléans le 13 décembre 2018 à Drouot chez Jean-Marc Delvaux pour s’offrir un tableau d’Eugène Devéria (en une). L’homme est une grande figure du romantisme français qui, si, sa conversion au protestantisme mit fin à ses travaux picturaux, n’en faisait pas moins, à ses débuts, partie du cénacle, coterie d’artistes que réunissait Victor Hugo et chez lui se croisaient son frère Achille bien sûr mais aussi Musset, Sainte-Beuve ou David D’Angers. Non, Eugène Devéria est un grand peintre éreinté par son ami Théophile Gautier, sans doute déçu par son engagement religieux, qui ne retient que sa première oeuvre, son chez d’oeuvre “La naissance d’Henri IV”, pour écrire toutefois “qu’il tiendra glorieusement sa place au Louvre (…) et sauvera de l’oubli le nom d’Eugène Devéria”. Ce tableau y est aujourd’hui en effet.

Pour en revenir à l’acquisition du musée d’Orléans qui n’a pas dû ferrailler longtemps pour l’emporter, il s’agit d’une scène moyenâgeuse, une huile sur toile signée en bas à droite avec une date illisible, 47 x 38,5 cm. Pour un musée enrichir à un tel prix ses collections est une aubaine. La jeune fille dans la salle qui portait les enchères, semblait ravie.

Frédéric Le Quer