Enfin une ligne identitaire

Par Lundi 11 décembre 2017 Permalink 2

Une ligne identitaire consciente ou non transparaissait à l’enterrement de Johnny Hallyday: des blancs européens et des antillais composaient une France rassemblée autour d’un très cher disparu! Les deux élections de ce weekend pour la présidence de LR et à l’occasion de la fusion en Corse de la collectivité territoriale avec les deux départements ont corroboré cet état d’esprit qui devient un raz de marée intellectuel. Macron, son vivre ensemble et ses espoirs de croissance économique retrouvée ne dupent personne car personne n’y croit.

Donc Laurent Wauquiez qui déclarait il y a quelques semaines son amour pour Michel Houellebecq qui ne se cache pas de ses réticences envers l’islam, a écrasé le scrutin du parti comme seul Sarkozy y avait réussi. Les présidents de région comme Bertrand, Pécresse ou Estrosi (redevenu à la place maire de Nice) élus sur une ligne centriste-immigrationniste, sont de plus en plus éloignés des militants de leur propre parti politique. Deux solutions pour Wauquiez: soit maintenant qu’il est élu, revenir au bercail avec ces élus importants et au fond faire du macronisme sans le dire, soit conserver le projet que veulent les militants et à terme s’allier à Dupont Aignan et Philippot. A part l’euroscepticisme de ces derniers leur ligne identitaire semble la même. “Semble” parce qu’on a vu coté ump qu’elle a vite été oubliée lorsque Sarkozy a été élu…

Quant à la Corse, l’élection d’hier a encore accentué le résultat de la semaine dernière. Jean Guy Talamoni menace déjà de faire le tour des capitales européennes s’il n’obtient pas gain de cause contre le pouvoir central. Ses énormes revendications (langues corse utilisée à l’école et dans l’administration ou le droit d’être propriétaire immobilier uniquement réservé aux corses) n’ont pourtant guère de chance d’aboutir dans le calme… Comme on le voit et à son corps défendant l’Union Européenne est une pompe aspirante pour les lignes identitaires régionales à travers tout le continent. A quoi bon Paris quand on a Bruxelles! Plus d’union crée paradoxalement la désunion… Et à terme l’implosion.

La ligne identitaire rassemble tous les européens, chacun pensant pouvoir éviter dans son coin le recul culturel imposé par des instances anti démocratiques. Et en effet cela semble l’ultime moyen de survivre à moins qu’enfin les pouvoirs centraux stoppent l’immigration.

Frédéric Le Quer