En guerre contre les fous d’Allah

Par vendredi 30 octobre 2020 Permalink 1

Les français sont pris en tenaille entre le dingo de l’Elysée qui les séquestre et les fous d’Allah qui les tuent. Pauvres français! Certes, le choc était inévitable pour qu’ils se ressoudent. Deux siècles et demi de division sont passés par là. Depuis la révolution, le pays ne s’est plus aimé. Depuis les Lumières, même, le pays ne se comprend plus. Certes il y a bien eu la grandeur napoléonienne, le nationalisme de 14-18; mais ça n’a même pas duré 20 ans; les mentalités n’ont pas été irriguées pour de bon. De Gaulle a tenté la fiction d’une France unie dans la résistance aux nazis mais l’esprit français frondeur et sans illusion s’en est moqué.

Alors, pour les conquérants islamistes, nous sommes des proies faciles, des proies dispersées incapables, sans chef digne de ce nom, de former une meute. Macron a si peur de nous voir libre qu’il nous enferme rageusement. Au lieu de chasser les migrants constitués de “voleurs”, “violeurs”, “assassins”, il nous boucle, nous, par cette inversion des valeurs qui rend coupable l’honnête citoyen, coupable d’être là, coupable d’être né. Il ne peut pas ne pas savoir qu’il dirige un pays en loque, mais la prise de décision l’effraie. Macron ne comprend pas la pulsion de vie qui fait crier à certains “on est chez nous”; la France est pour lui un hall de gare. Malheur à ceux qui sont tués par l’ennemi islamiste, ils sont chéris jusqu’à leur enterrement et oubliés ensuite. Et l’ennemi, lui, reste, se renforce, tue avec la bénédiction des traîtres comme Mélenchon ou des faux culs comme Estrosi dont la fille est convertie à l’islam, dont la fille s’est alliée à l’ennemi.

Les français sont seuls, ne peuvent plus compter sur personne. Beaucoup d’entre nous mourront dans la guerre contre l’islam mais si cette mort sert à faire enfin réagir les autres, à les faire se lever en réveillant les consciences collectives, à les faire prendre les armes pour se battre, peut-être à les faire gagner, alors l’Histoire en fera des héros. Aux armes citoyens! Formez vos bataillons! Marchons, marchons! Qu’un sang impur abreuve nos sillons!

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?