Elle est belle la start up nation

Par lundi 16 décembre 2019 Permalink 1

Emmanuel Macron, le soi-disant président de la start up nation “France” où chacun peut créer sa boite (à vélo chez Uber!), grand facilitateur du recrutement de talents étrangers (ils sont dans des bidonvilles de quechua porte d’Aubervilliers!), grand publicitaire proclamant pour l’avenir la France championne du monde de l’intelligence artificielle ( c’est sûr avec des jeunes français de 15 ans aux compétences inférieurs à celles des autres!), se voulant inventeur de modèles économiques (les TPE sont au bord de la faillite) joue avec 40 ans de retard à Margaret Thatcher dans un contexte marqué par une crise à la fois économique, sociale, politique et culturelle. A grand coup de réformes ultralibérales, il s’essaye aux postures d’homme de fer escomptant probablement l’épuisement des grévistes et leur impopularité grâce à l’aide de ses médias. Son combat pour changer la France concerne maintenant le troisième âge. Il veut être inflexible. Les vieux, au boulot!

Choisi pour cette mission ressemblant plus à une promesse du crépuscule pour paraphraser Romain Gary qu’à la création d’une start up nation, le monsieur retraite Jean Claude Delevoye est un grand marloupin qui certifie sur son honneur (!) un tas de mensonges dans sa déclaration d’intérêts sur ses multiples fonctions et rémunérations ainsi que sur son patrimoine. Le gouvernement représentant en réalité de l’ancien monde le soutient mordicus assurant qu’il ne l’a pas fait exprès. Le scandale devrait être énorme puisque Anticor, un contre pouvoir aussi efficace que possible, demande la saisie du parquet avec à la clé le risque d’une peine de trois ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende. Mais le nouveau monde et son lot d’injustice et d’inégalité est pour les autres. Chez ces gens là, on est bien ancré dans l’aristocratie des privilèges datant au moins d’avant 1789!

Donc le chef de l’état et son gouvernement tente un combat à mort contre le peuple français comptant sur une perte d’argent importante pour tous les grévistes afin de les ramener dans le droit chemin. Faisant de la retraite à point la mère de toutes les réformes, le vieux président de 41 ans veut faire plier la société française, lui faire baisser la tête, la transformer en serfs. Ce n’est pas un bras de fer contre les syndicats mais un bras de fer entre la ploutocratie et le peuple qui est engagé. C’est l’heure solennel!

Frédéric Le Quer

PS: Peut-être que l’excellente prestation de Marine Le Pen hier sur Cnews et Europe 1 galvanisera l’opposition des citoyens au gouvernement. Elle maîtrise visiblement les problèmes sociaux qui sont actuellement au cœur de la vie politique.

Laisser un commentaire ?