Du sondage performatif

Par samedi 16 avril 2022 Permalink

Plus Marine Le Pen s’exprime, plus elle fait de conférences de presse, plus elle va à la rencontre des français, moins les sondages sont bons, plus l’écart avec Emmanuel Macron s’accentue. Et pourtant à chaque fois elle montre qu’elle connait les dossiers, sa prestation à chaque fois est plutôt convaincante.

Alors, ces sondages sont-ils crédibles? Au moment où ils sont diffusés, je ne le crois pas. Finiront-ils par être exacts? Oui, probablement; l’intérêt du sondage est d’être avant tout performatif!

Les sondages ne reflètent pas une intention de vote au moment où ils sortent mais ils créent la dynamique souhaitée que le scrutin validera le jour J. C’est tout le contraire de ce qui est dit. Il fallait s’y attendre!

Si le citoyen semble toujours capable d’aller dans la rue et allumer le feu de la contestation, il se sent impuissant à contrebalancer la volonté électorale de l’establishment dévoilée par les sondages qui font semblant de dévoiler l’opinion du citoyen (vous m’avez compris!). Peut-être même qu’il s’en fiche un peu, le citoyen d’être berné. Il laisse faire. L’engouement du public pour tel ou tel candidat a disparu. La résignation domine le peuple: la France va disparaître, c’est dommage, mais si je peux finir mon mois, ce sera toujours ça de pris!

Les faiseurs d’opinion en profitent alors. Ils ne font pas vraiment changer d’avis mais ils démobilisent. Imaginez un seconde que les sondages donnent Marine Le Pen gagnante! Une partie de la population serait probablement galvanisée de voir qu’une politique autre que celle de Macron est possible. Elle viendrait voter en masse en croyant en l’utilité de son bulletin. Prophétie auto réalisatrice: Marine Le Pen présidente de la république

Mais, là, on nous dit que Macron a 5 à 7 points d’avance; la messe est dite à 8 jours du scrutin; nos médias font semblant de croire en un suspens qu’eux-mêmes se chargent de dégonfler. L’électeur renonce alors soit en s’abstenant soit en s’alignant dans le camp du vainqueur par mimétisme, pour ne pas perdre.

Nos élections sont ainsi manipulés en comptant sur l’absence de caractère de la population. Vous avez dit piège à cons?

Frédéric Le Quer

PS: Ce n’est pas parce qu’on n’est pas complotiste que les complots n’existent pas, c’est un peu comme avec les paranoïaques, eux aussi, parfois, peuvent être persécutés vraiment!

Laisser un commentaire ?