Drouot lutte contre le coronavirus

Par jeudi 8 octobre 2020 Permalink 1

La lutte contre le coronavirus se renforce à l’hôtel Drouot. Sa réouverture fin mai avait été marquée par une rigueur extrême au niveau des distanciations entre visiteurs. Un circuit sur les trois niveaux du bâtiment accessible au public était imposé et quelques chaises très écartées les unes des autres permettaient d’assister aux vacations. Tout cela donnait un aspect particulièrement feutré tout à fait à l’opposé du brouhaha habituel. Bref, les gens ne venaient plus! Les affaires se faisaient par internet. Plutôt mal. Le temps s’est chargé d’abaisser les critères de sécurité jusqu’à ce qu’il ne demeure que le masque et à l’entrée le gel hydroalcoolique à disposition selon le bon vouloir de chacun. Les enchérisseurs étaient à touche touche comme avant dans des salles bondées. Était-ce un bouillon de culture? Peut-être… Mais indéniablement les affaires ont repris.

Depuis hier une nouvelle mesure mise en place, surement pour éviter d’avoir à nouveau à vider les lieux, fait jaser. Un appareil électronique ressemblant à un pistolet qui tient dans la main dont le faisceau lumineux rouge vise le front de chaque visiteur prend la température. C’est normalement très rapide… sauf pour votre serviteur! Je me présentais donc devant le vigile qui pointa immédiatement son arme anti fièvre vers mon front sans que je m’y attende. Au lieu d’un seul bip, l’engin visiblement agacé nous gratifia d’une série de sons brefs. Le garde me regarda bizarrement puis recommença la manœuvre. Toujours ces petits bruits stridents sans qu’aucune température ne soit relevée. Après 4 ou 5 tentatives et la petite queue qui se constituait derrière moi, l’homme désemparé me mit de coté pour laisser passer les autres personnes en me faisant néanmoins la réflexion qu’à son avis “je n’étais pas humain”. La scène m’amusait plutôt et je me faisais en attendant la réflexion qu’un vigile noir pouvait dénier son humanité à un visiteur blanc mais qu’il est probable qu’aucun blanc n’eut osé la dénier à un visiteur noir dans la même situation que moi! Bref après quelques minutes tout rentra dans l’ordre et je me découvris une température de 37.2 le matin! Qu’est-ce qui s’est passé vous demandez vous anxieux? Et bien il semblerait, qu’étant venu en vélo, la transpiration sur mon front empêchait le thermomètre de faire son travail correctement. Comme quoi le vélo c’est très dangereux et le covid aussi un peu!

Sur les centaines de visiteurs du jour à l’Hôtel Drouot, il semblerait qu’une seule personne ait eu de la fièvre et ait donc été refoulée.

Comme je suis à Drouot, signalons hier la vente chez Marc-Arthur Kohn ovv d’un tableau de forme ovale de Carle van Loo (1705-1765) et son atelier, une allégorie de la peinture, huile sur toile de 85 x 65 cm qui s’échangea contre près de 27 000 € (image en une). La somme peut paraître relativement modique pour un maître tel que van Loo ayant inspiré François Boucher entre autres, mais l’oeuvre doit sans doute bien plus à son atelier qu’aux parcimonieux coups de pinceau du célèbre artiste. Personnellement je trouve le visage un peu faible…

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?