Donald Trump en héros occidental

Par lundi 6 janvier 2020 Permalink 1

L’assassinat de l’iranien Qassem Soleimani ordonné par Donald Trump est traité par les médias français de manière… insolite ou pas d’ailleurs!

Le général de la république islamique détestait farouchement tout ce qui ressemblait de près ou de loin à de l’occidentalité, était incontestablement un ennemi convaincu des Etats Unis et de ses satellites, s’apprêtait probablement à créer un front de fondamentalistes musulmans rassemblant chiites et sunnites pour combattre tout ce qui n’allait pas dans le sens de l’islam.

Et pourtant… Nos journalistes à l’esprit munichois trouvent pour la plupart que le président américain joue avec le feu en n’ayant pas laissé cet individu organiser tranquillement son combat contre nous. Leur esprit de capitulation et leur sentiment fou de culpabilité à l’égard de tout ce qui est musulman les aveuglent et les soumettent jusqu’à accepter le rôle de victime consentante prête à risquer des attentats meurtriers du moment qu’elle joue l’empathie à l’égard de ceux qui veulent nous tuer. Nos médias véhiculent une pensée de plus en plus dangereuse pour notre intégrité et nos “valeurs” comme ils disent. Passés de facto dans la camp de l’ennemi, ils diffusent à l’envi une propagande suicidaire.

Leur démocratie libérale se rapproche maintenant, par soumission, des valeurs totalitaires portées par une religion dont les tenants se complaisent à vilipender la manière dont fonctionne notre société. Les populistes, utilisons ce terme pour simplifier, les résistants d’aujourd’hui et de demain, luttent comme dans toute résistance contre la pensée dominante. Alors que Trump courageusement ne s’en laisse pas compter, pendant ce temps Macron, Bruxelles et toute cette racaille, racaille oui, un moment donné il faut bien donné au ploutocrate le nom qui lui convient, larmoient, tremblent, donnent des gages à l’ennemi au lieu de s’enthousiasmer et d’applaudir un mouvement totalement réussi de l’armée américaine.

La survie d’une démocratie dépend de son courage à croire en elle, sa propension à diffuser la liberté. Quand elle y renonce, elle est laminée. C’est ce qui se passe chez nous, cf les attentats.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?