Dictature, j’écris ton nom!

Par mercredi 29 janvier 2020 Permalink 4

Qu’est ce qui ferait que le citoyen français ne pourrait pas se dire être entré en dictature? Bien sur, il y a les cris d’orfraies des vieilles gloires du mitterrandisme qui se veulent toujours leaders d’opinion mais sont apparemment plus proches de la sénilité en s’époumonant à hurler sur ceux qui sont insatisfaits du régime, pour le soutenir. Mais enfermés dans leur cage dorée, ayant perdu tout contact avec la réalité, ils prêchent dans le désert. Suivez mon regard vers Badinter, par exemple! Incontestablement “la vieille espérance pour la liberté” pour reprendre une chanson de Jean Ferrat s’éloigne à grand pas dans la France d’aujourd’hui. Le phénomène a été lent pour qu’il soit indolore comme avec une grenouille ébouillantée doucement qui file vers sa mort en s’assoupissant. Mais l’homme n’est pas une grenouille! Le citoyen se débat actuellement comme un beau diable pour garder ses idéaux. Donc pour répondre à ma question:

– D’abord, le plus visible, le plus immédiat: le droit à l’opposition dans les médias, faire en sorte que chaque chaîne revendique clairement son opinion politique en cessant d’avancer masquée, masque qui ne trompe d’ailleurs personne. En finir avec l’inlassable diffusion de la pensée unique, agaçant tout le monde tant il est visible qu’elle ne lui profitera pas. La France a besoin de médias audiovisuels qui disent non. Il faut arrêter de faire croire aux gens qu’ils sont seuls à penser ce qu’ils pensent.
– Ensuite il serait bon que le président de la république cesse de se parer des plumes de la légitimité des urnes pour entreprendre ce que bon lui semble. Sa base électorale est trop faible. Sa personnalité n’est apparue aux français qu’après l’élection présidentielle. Le grand patronat voulait avec Macron faire un coup de Trafalgar. Il est complètement éventé maintenant.
– Le gouvernement doit arrêter de mentir. Qui ne voit qu’il ouvre grand la voie à la retraite par capitalisation? Qui ne voit que par idéologie aussi, il porte atteinte à l’hôpital public? Qui ne voit qu’il supprime pour les jeunes la saine sélection républicaine pour la remplacer par l’auto-perpétuation d’une classe sociale sans mérite sinon celui d’avoir du pognon? Qui croit encore en ses chiffres économiques en totale contradiction avec le ressenti de chacun? Qui ne comprend pas dorénavant que derrière chacune de ses actions se cache un non dit désespérant?
– L’immigration est un sujet qui implique chacun des français de plus en plus lourdement compte tenu de l’invasion à laquelle on assiste. Le citoyen doit avoir son mot à dire dans le cadre d’une consultation par référendum.
– La police doit arrêter de martyriser le peuple qui est dans la rue. N’a-t-elle pas honte de s’en prendre aux pauvres gens qui défilent pour leur beefsteack? N’a-t-elle pas honte de s’en prendre comme hier au corps des pompiers déployant la violence qui lui est maintenant habituelle? N’a-t-elle pas honte de se transformer en traître en se retournant contre sa propre classe sociale pour soutenir les puissants?

On voit bien en énumérant juste quelques aspects du régime que la route est bien longue avant le retour vers une démocratie normale. La représentation nationale est un véritable fiasco juste bon à engraisser une multitude de parasites plus ou moins malhonnêtes. Il suffit au citoyen un peu éclairé de lire Orwell pour comprendre que par maints aspects notre société ressemble au monde de l’écrivain visionnaire. Alors renvoyer dans leurs cordes ceux qui parlent de dictature est juste une agression de plus faite au peuple.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?