Détruire les ghettos

Par mercredi 12 janvier 2022 Permalink 1

L’une, voire la proposition phare de Valérie Pécresse est de “détruire les ghettos”. De quoi s’agit-il pratiquement? Mettre de la mixité dans les régions, les villes, les villages, les hameaux de France restés français en y disséminant des migrants et des immigrés en général. Emmanuel Macron s’y attelle déjà. Les autorités ont transféré environ 16.000 migrants présents en Ile-de-France vers d’autres régions en 2021, selon le premier bilan annuel de cette stratégie visant à «désengorger» la région parisienne et publié mercredi 5 janvier par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii).

Cette stratégie est la fin de la France.

Avec la politique migratoire débridée deux possibilités s’ouvre à elle. Premier choix, créer maintenant encore plus de territoires islamisés ou agrandir ceux qui existent déjà. C’est tragique certes mais c’est circonscrire l’immigration à des endroits précis en préservant l’identité française des autres. L’autre choix, celui assumé par Macron-Pécresse, est de saupoudrer la France d’islam partout en ne préservant aucun endroit de la déculturation et de la fabrication d’un nouvel ordre s’imposant petit à petit par le poids du nombre.

Si la meilleure solution est clairement d’arrêter l’immigration de gens ayant une culture trop différente de la culture française (Eric Zemmour), la “moins pire” reste d’abandonner quelques parcelles de territoires, soit strictement l’inverse de la volonté politique de Macron-Pécresse. J’ai envie de rester français au milieu d’autres français.

L’idée de ces responsables n’est peut-être pas de renoncer à ce qui est français, mais de cantonner ce qui est français à une élite, à eux-mêmes et leur milieu social.

C’est assez ignoble mais il est probable qu’ils pensent au fond d’eux que le peuple n’est pas plus français qu’autre chose, qu’il est juste le peuple, que ce qui est français a toujours été séditieux donc dangereux pour eux et que de l’arbitrer avec l’islam n’est guère un problème au contraire éventuellement une solution vu qu’islam signifie soumission. L’identité française se cantonnerait donc à une élite dirigeante, financière, intellectuelle. L’identité française abandonnerait le peuple.

C’est la voie que nous prenons actuellement. C’est l’inverse de celle que présageait Houellebecq avec la soumission des élites à l’islam. Il s’agit de soumettre le peuple à l’islam. Il faut plus que jamais résister.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?