Des EPHAD aux mouroirs

Par mardi 25 août 2020 Permalink 1

Quelques cas de covid-19 dans les EPHAD sont encore à chaque fois le prétexte à reconfinement. Personne ne sait pourtant si ce principe de précaution systématiquement mis en application est très précautionneux! Il s’agit pour les personnes âgées d’un véritable emprisonnement durant lequel leurs forces physiques diminuent et leurs capacités intellectuelles déclinent. Quand un médecin prescrit à un pensionnaire de marcher, l’établissement lui intime l’ordre de ne pas bouger de sa chambre. Les contre indications déséquilibrent mentalement le patient qui en perd des réflexes tout simples comme celui de raccrocher un téléphone. Dans l’isolement exigé, il ne voit plus les siens. Reclus, seul avec sa télévision, le temps est long, très long et l’esprit s’égare.

Les Ephad n’ont dorénavant plus besoin d’autorisation pour empêcher à tout moment les visites des proches. Il parait qu’en revanche ils communiquent mieux avec les familles. Les procès en cours avec plainte contre X pour « mise en danger de la vie d’autrui », « homicide involontaire » ou « non-assistance à personne en danger » sont passés par là. Mais la terrible question demeure chez les personnes qui ont un parent dans une maison de retraite: Continuera-t-il à être “soigné” au paracétamol et en bout de course lui sera-t-il administré du Rivotril, médicament  qui, à la base, calme les épileptiques, mais est détourné à des fins inavouées d’euthanasie au moment de la détresse respiratoire? Les Établissements d’Hébergement pour Personnes Agées (EHPAD) sont à présent autorisés à dispenser pareil traitement, à pratiquer de la médecine de guerre.

“Plus on s’affole, moins on soigne bien”, estimait, il y a peu, le professeur Raoult. Nos gouvernants jouent actuellement avec la peur et en première ligne de ce jeu monstrueux se trouvent les plus faibles d’entre nous, les vieux aux conditions de confinement invivables. Le remue-ménage sur les masques entraîne toute une chaîne de dysfonctionnements dus à la crispation de l’ensemble de la société. Quand les dirigeants sont incapables de rester sereins c’est tout un pays qui panique.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?