Des Cévennes aux manifestations antisémites

Par lundi 17 mai 2021 Permalink 1

Mille fois, le nom du tueur des Cévennes nous a été répété ce week-end par les journaux et les télévisions. Nos médias sont contents d’être tombés sur un français pure souche. Evidemment cette constatation n’est pas pour exonérer de ses crimes cet homme qui a pris deux vies. Toutefois si l’histoire en soi ne dit pas grand chose de la société actuelle, vu qu’un fait divers concernant un ouvrier qui tue son patron aurait pu arriver il y a un siècle, la manière dont les médias s’en sont emparés, est en revanche plus significative.

Il serait injuste de dire que cette affaire a permis de passer sous silence les tensions sociétales, mais elle les relativise du moins dans l’esprit de ceux qui diffusent l’information. Valentin Marcone par ci, Valentin Marcone par là avec son visage d’homme buté, borné dont Balzac aurait tiré un portrait physiognomonique qui aurait régalé son lecteur, Marcone en filigrane est sensé dire que nous ne sommes pas meilleurs que les autres, nous français répandons aussi la violence et l’insécurité. L’asocial du Massif central a donc l’immense avantage de cacher tous les asociaux venus de l’étranger qui se font un point d’honneur à rester étrangers dans le pays où ils vivent. Si j’osais, je dirais que l’homme des bois est l’arbre qui cache la forêt! D’ailleurs quand cette forêt faite d’individus issus de l’immigration fait parler d’elle, les noms et les visages n’apparaissent pas.

L’antisémitisme qui resurgit en France, n’est que la preuve de notre laxisme à l’égard de gens qui n’ont apparemment que des droits et aucun devoir. Samedi le sort des palestiniens était l’occasion pour les musulmans qui y participaient de déverser leur haine des juifs. Ils l’ont fait à Sarcelles pillant des magasins juifs et s’en prenant à une synagogue dans le silence total des médias. Ils l’ont bien sûr fait à Paris demandant même en arabe l’extermination des juifs. Ils n’étaient pas très nombreux dans la capitale mais la police a plus ou moins laissé faire quelques dizaines d’individus pendant des heures. C’est encore une défaite en rase campagne de Macron et de Darmanin qui importent l’islamisme et son corollaire l’antisémitisme. Notons qu’il n’y avait pas de black blocs.

Ainsi les médias ont tenté ce week-end de mettre sur le même pied un fait divers et un fait de société, il y avait ainsi moins de risque de déplaire au gouvernement.

Frédéric Le Quer

 

Laisser un commentaire ?