Démocratie représentative en question

Par vendredi 22 avril 2022 Permalink

C’est avec une fausse candeur ce matin que la radio France culture se demandait à quel moment la démocratie représentative sera remise en cause. L’abstention en est évidemment le signe implacable. Celle de dimanche prochain restera sans doute dans les annales.

Mais plutôt que de se demander quand, puisqu’on y est en plein, la question du pourquoi est plus intéressante.

La même radio offrait quelques minutes plus tard, après avoir invité dans un faux débat des gens qui voteraient tous Macron et n’en faisaient pas mystère, la réponse sur un plateau d’argent. Leur chroniqueur quotidien, Frédéric Says, affirmait pour le deuxième jour consécutif que Macron avait remporté le débat sans coup férir et que Marine Le Pen l’avait totalement perdu. Il avait, la veille, sorti une formule de son chapeau en parlant de “suffisance” pour Macron et d'”insuffisance” pour Le Pen.

L’analyse est aussi fausse qu’injuste, c’est d’ailleurs pour cela que ce journaliste l’a répétée deux fois. Quand on sent qu’on a fait une erreur, une sorte de déni intellectuel se produit poussant à la commettre une deuxième fois! Néanmoins par son ton péremptoire, l’épreuve de la discussion essentielle pour une démocratie représentative qui marche, permettant de mettre en évidence les points positifs et négatifs, est annulée.

Nos médias, ayant renoncé à la pluralité des opinions, expliquent ce que l’électeur doit penser et par la même brisent la liberté de l’opinion publique. Les français se sentant floués ne croit pas en la démocratie représentative, peut-être même ne croient-ils plus à la démocratie tout court. Les gilets jaunes parlaient de mandat impératif pour rétablir un lien de confiance et redonner sa chance à la démocratie.

Nous vivons dans une sorte de servitude où les instants de liberté, même brefs, deviennent insupportables à la caste dirigeante. Quand son argument est de dire “Allez voir en Corée du nord!”, c’est un peu plus encore se foutre de la gueule du citoyen.

Frédéric Le Quer

Laisser un commentaire ?